PwC annonce une diminution du nombre d'hôpitaux

lundi, 25.11.2019

A l'avenir, il y aura moins d'hôpitaux, mais plus de centres de santé ambulatoires, selon une étude de PwC.

Les hôpitaux ne sont pas suffisamment rentables et le niveau de fonds propres de certains d'entre eux est déjà problématique. (Keystone)

Le nombre d'hôpitaux pourrait diminuer à l'avenir alors que les centres de soins ambulatoires deviendraient plus nombreux, selon une étude de la société d'experts-conseils PwC. Les hôpitaux ne sont pas suffisamment rentables et le niveau de fonds propres de certains d'entre eux est déjà problématique.

L'étude publiée lundi se focalise sur la santé financière des hôpitaux en Suisse en se basant sur les comptes annuels de 44 établissements. La croissance du chiffre d'affaires dans les secteurs des patients hospitalisés et ambulatoires a été relativement modeste en 2018.

A l'avenir, il y aura moins d'hôpitaux, mais plus de centres de santé ambulatoires, estiment les auteurs de l'étude. Les soins aigus et la réadaptation sont trop peu rentables pour permettre aux hôpitaux d'augmenter leurs fonds propres et d'investir.

Les hôpitaux sont en train d'épuiser leurs fonds propres, qui ont chuté de 49% à 43% entre 2014 et 2018. Et cette tendance devrait se poursuivre. La situation est toutefois bonne pour 40% d'entre eux, estiment les auteurs de l'étude.

Déséquilibre

Par ailleurs, le chiffre d'affaires des hôpitaux augmente moins fortement que celui du volume des services. D'autres acteurs, uniquement actifs dans les soins ambulatoires, pressent les hôpitaux, obligeant ces derniers à s'adapter.

Un investissement global de 12 milliards de francs est prévu pour les projets de construction et d'agrandissement en cours cités dans l'étude. Les exigences en matière de refinancement ne sont pas incluses dans la liste, pas plus que les projets informatiques et de numérisation.

L'étude relève aussi que 15 hôpitaux, publics et privés, sont actifs sur le marché suisse des capitaux. Ses auteurs s'attendent à ce que cette proportion augmente.

Grand défi

La Conférence des directeurs de la santé (CDS) n'a pas participé à l'étude. Son secrétaire général Michael Jordi a indiqué que le financement n'est pas le seul grand défi pour les hôpitaux. La tendance générale vers davantage de traitements ambulatoires, qui est également soutenue par les cantons, les occupe également.

Les cantons doivent tenir compte de cette évolution dans leurs plans hospitaliers. Une possibilité pourrait être un centre de soins basique avec des urgences et quelques lits. Les patients pourraient ensuite être dirigés vers un hôpital si nécessaire.

M. Jordi considère qu'il est justifié pour les hôpitaux de penser aux investissements structurels. "Les méthodes et les processus sont en train de changer, et tous les hôpitaux ne sont pas équipés en conséquence", dit-il. Si de plus en plus de traitements sont réalisés en ambulatoire, cela nécessite une infrastructure adaptée. (awp)






 
 

AGEFI




...