Le SMI repasse la barre des 10.500 points

mardi, 15.09.2020

A la Bourse de Zurich, l’indice Swiss Market Index (SMI) a repassé le cap des 10.500 points.

Les pharmas étaient à l'honneur, avec en tête Vifor (+2,7%), devant Roche (+2,0%) et Alcon (+1,7%). La multinationale rhénane a annoncé une coopération de deux ans avec l'hôpital universitaire de Bâle dans le domaine du cancer des poumons. (Keystone)

Après avoir oscillé autour de l'équilibre en début de séance, la Bourse suisse étoffait ses gains mardi à l'approche de la mi-journée. Son indice phare SMI avait refranchi la barre symbolique des 10.500 points.

L'optimisme affiché par les investisseurs contrastait avec la multiplication des tours de vis sanitaires à travers le monde face à la progression galopante de la pandémie de Covid-19, les gouvernements cherchant à tout prix à éviter un reconfinement aux conséquences économiques désastreuses. Ces mesures "sont susceptibles de freiner le rebond actuel de l'activité économique", souligne dans son commentaire Michael Hewson, de CMC Markets, même si l'espoir d'un vaccin à court terme anime toujours les marchés.Outre le virus, "les risques sont nombreux en cette rentrée", note pour sa part Christopher Dembik de Saxo Banque, évoquant "l'élection présidentielle américaine, un potentiel trou d'air au niveau de la croissance, le Brexit".

Au chapitre macroéconomique, la Chine a vu sa consommation repartir en août sur un an, confirmant un retour progressif à la normale dans la seconde économie mondiale. Au Royaume-Uni, le taux de chômage a augmenté à 4,1% en moyenne glissante pour les trois mois achevés fin juillet. En août, les inscriptions au chômage se sont établies à 2,7 millions, un bond de plus de 120% depuis mars. En France, la hausse des prix à la consommation a nettement ralenti en août à 0,2% sur un an, contre 0,8% en juillet.En Suisse, les prix à la production et l'importation ont reculé en août de 0,4% comparé au mois précédent, principalement en raison de baisses des tarifs sur les produits chimiques et pharmaceutiques.

Sur le coup de 11h00, le Swiss Market Index (SMI) s'offrait 0,69% à 10.529,40 points, son plus haut du jour, le Swiss Leader Index (SLI) progressait de 0,46% à 1594,42 points et l'indice du marché élargi Swiss Performance Index (SPI) de 0,58% à 13'036,59 points. Sur les 30 principales cotations, 22 gagnaient du terrain et seules huit en cédaient.

Les pharmas étaient à l'honneur, avec en tête Vifor (+2,7%), devant Roche (+2,0%) et Alcon (+1,7%). La multinationale rhénane a annoncé une coopération de deux ans avec l'hôpital universitaire de Bâle dans le domaine du cancer des poumons. SGS (+1,6%) devait sa médaille en chocolat à un relèvement de recommandation à "hold" de "reduce" par HSBC, qui a également revu sensiblement à la hausse son objectif de cours. Novartis (+1,0%) a passé avec la justice californienne un accord de 11,8 millions de dollars pour avoir versé entre 2002 et 2011 des dessous-de-table à des praticiens afin de les pousser à prescrire certains de ses traitements contre l'hypertension.

Après avoir pris l'eau dans les premiers échanges, le troisième paquebot du SMI Nestlé (+0,1%) évoluait de nouveau au-dessus de la ligne de flottaison.

Le biochimiste Lonza (+0,8%) collabore avec son partenaire Humanigen pour étendre ses capacités de production pour le lenzilumab, un produit candidat destiné à être utilisé contre la Covid-19.

La volatile AMS (-2,7%) héritait une nouvelle fois de la lanterne rouge, pâtissant apparemment de l'absence de nouveautés fracassantes de son client supposé Apple.

Egalement dans le wagon de queue, les bancaires Credit Suisse (-2,0%) et UBS (-1,6%) reprenaient leurs esprits, au lendemain de rumeurs leur prêtant des velléités de rapprochement, qui avaient fait bondir leurs titres de respectivement 2,5% et 4,3%. Le développeur de logiciels bancaires Temenos (-1,1%) ne profitait pas d'un contrat - aux contours non détaillés - avec la coopérative américaine Elevations Credit Union.

Sur le marché élargi, le boulanger industriel Aryzta bondissait de 8,8% après l'annonce du retrait de son candidat à la présidence du conseil d'administration Andreas Schmid, laissant le champ libre à l'ancien patron de Hiestand, Urs Jordi.

L'assureur Helvetia (-1,1%) a essuyé sur les six premiers mois de l'année une perte nette de 16,9 millions de francs, contre un bénéfice de 289,7 millions un an plus tôt, en raison du résultat négatif de ses placements, ainsi qu'à un amortissement de 40,2 millions. L'exploitant de boutiques hors-taxes Dufry (-0,7%) a obtenu une nouvelle concession de douze ans à l'aéroport international Sabiha Gökçen d'Istanbul. Leclanché (-2,0%) a annoncé sa scission en deux entités autonomes à partir d'octobre, mais le groupe restera coté sous une seule dénomination à la Bourse suisse. Crealogix a bouclé son exercice 2019/20 sur une nouvelle perte, en raison notamment d'un écart d'acquisition de 4,9 millions de francs. A nouveau, aucun dividende ne sera proposé. (AWP)

 

 






 
 

AGEFI



...