Enquête de l'UE sur le rachat de NXP par Qualcomm

samedi, 10.06.2017

La Commission européenne a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête approfondie sur le rachat par le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm, spécialisé dans la téléphonie, de son concurrent néerlandais NXP pour 47 milliards de dollars.

L'Union européenne craint que l'opération entraîne une hausse des prix et limite le choix et ralentir l'innovation dans le secteur des semi-conducteurs.

L'exécutif européen, gardien de la concurrence dans l'Union européenne (UE), craint que l'opération de rachat par le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm, spécialisé dans la téléphonie, de son concurrent néerlandais NXP, la plus importante jamais effectuée sur ce marché, "ne puisse entraîner une hausse des prix, limiter le choix et ralentir l'innovation dans le secteur des semi-conducteurs", précise-t-il dans un communiqué.

Cette opération "réunirait deux des principaux acteurs du secteur des semi-conducteurs", souligne la Commission, dont l'enquête préliminaire "a révélé plusieurs problèmes liés notamment aux semi-conducteurs utilisés dans les appareils mobiles, comme les smartphones, et dans le secteur automobile".

"Avec cette enquête, nous voulons être sûrs que les consommateurs continueront à bénéficier de produits sûrs et innovants à des prix compétitifs", explique la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager, citée dans le communiqué.

La Commission a jusqu'au 17 octobre 2017 pour prendre une décision.

Qualcomm a indiqué dans un communiqué qu'il "était sûr de pouvoir répondre aux préoccupations de la Commission et entendait travailler avec la Commission et d'autres instances de régulation pour obtenir leur autorisation".

Le groupe américain a indiqué que l'acquisition de NXP générerait plus d'innovation et représentait un "investissement significatif du groupe en Europe.

Qualcomm avait annoncé fin octobre le rachat de NXP afin d'accélérer sa diversification et d'étendre ses activités aux marchés porteurs de l'automobile et de l'internet des objets.

Cette acquisition a pour but de renforcer le groupe américain face au ralentissement des ventes de téléphones portables.

Selon les termes de l'accord, Qualcomm a proposé à NXP, basé aux Pays-Bas, mais coté sur la Bourse électronique new-yorkaise Nasdaq, un prix de 110 dollars par action en espèce, ce qui valorise le groupe à 47 milliards de dollars (42 milliards d'euros).

L'action Qualcomm a terminé vendredi en baisse de 1,84% à 57,05 dollars sur la Bourse électronique américaine Nasdaq et celle de NXP, qui y est également cotée, en recul de 0,60% à 108,58 dollars.

Réunies, les deux entreprises devraient générer un chiffre d'affaires annuel de plus de 30 milliards de dollars.

Basé à Eindhoven, dans le sud des Pays-Bas, NXP est l'ancienne division semi-conducteurs du géant néerlandais de l'électronique Philips, devenue indépendante en 2006.

Son chiffre d'affaires 2015 a atteint 6,1 milliards de dollars pour un bénéfice net de 1,5 milliard. C'est l'un des fournisseurs les plus importants de puces sur le marché automobile.

Le secteur des mi-conducteurs traverse une période d'intense consolidation: les grands acteurs du secteur, désireux de changer d'échelle pour mieux se positionner sur un marché de plus en plus concurrentiel, ont multiplié les acquisitions ces dernières années. (awp)


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_1970-01-01_jeu_01


...