550 travailleurs de la construction dans les rues de Fribourg

mardi, 30.10.2018

La manifestation pour la défense des droits des travailleurs dans le secteur de la construction a réuni 550 personnes mardi à Fribourg.

Les syndicats se montrent très satisfaits de l'ampleur de la mobilisation. (keystone)

"C'est une réussite, la plus forte mobilisation depuis 2002", a indiqué Armand Jaquier, secrétaire régional d'Unia Fribourg. "Ce d'autant plus que certains collègues n'ont pas pu venir, ayant subi des pressions de la part d'employeurs pour ne pas participer", a-t-il précisé.

Machines de chantier

Outre les calicots résumant les revendications, le cortège fribourgeois comprenait quelques machines de chantier, qui ont agrémenté le défilé de coups de klaxon. Armand Jaquier a décrit le climat comme très tendu dans la branche, avec le risque en fin de compte de se retrouver dans une situation de vide conventionnel.

>> Lire aussi: 600 maçons en grève dans l'Arc jurassien

Le syndicaliste d'Unia a dénoncé la volonté de patronat de jouer le maintien de la retraite à 60 ans contre la flexibilisation du temps de travail. En augmentant davantage la durée quotidienne du travail à certaines périodes, ce qui existe déjà, les travailleurs vont jouer leur santé, a-t-il déploré.

Renchérissement

Les syndicats Unia et Syna dénoncent aussi la volonté des entrepreneurs d'accorder des hausses de salaires trop modestes. Les 150 francs proposés sur quatre ans sont totalement insuffisants aux yeux d'Armand Jaquier, "quand on pense qu'il y a déjà un taux d'inflation de 1,2% à compenser".

Sur le plan fribourgeois, les travailleurs défendent le maintien du forfait accordé par les patrons pour les repas de midi. Ce forfait existe pour tenir compte du fait que les employés ne rentrent pas manger chez eux à midi, le plus souvent ils se sustentent sur les chantiers. (ats)






 
 

AGEFI



...