Corruption: Berne peut mieux faire

jeudi, 05.07.2018

Plaidoyer pour un organe fédéral indépendant pour coordonner le combat des autorités suisses contre la corruption.

Maude Bonvin

Le Contrôle fédéral des finances épingle la stratégie de la Suisse en matière de lutte contre la corruption. Il plaide pour la création d’un organe fédéral indépendant piloté par un délégué tout spécialement engagé dans ce combat. «Actuellement, plusieurs offices sont concernés par cette thématique. Il faut davantage de coordination pour gagner en efficacité», explique Alexandre Bläuer, coauteur d’un audit présenté hier à la presse. Le groupe interdépartemental pour la lutte contre la corruption, mis sur pied il y a quelques années, manque aussi d’autonomie. 

Le Conseil fédéral lui a confié des tâches importantes, mais il ne dispose pas des outils nécessaires à leur mise en application. Au plan de la criminalité bancaire, la Suisse présente aussi des lacunes. Manquements que notre pays est en train de combler, en adaptant son arsenal législatif. «Au niveau opérationnel toutefois, la loyauté réglementaire est élevée», souligne Pascal Sprenger, associé de KPMG. Le cabinet d’audit et de conseil a publié récemment une étude sur le sujet. L’initiative pour des multinationales responsables n’aura, par ailleurs, aucun effet sur la lutte contre la criminalité sur le plan de la place financière, selon Pascal Sprenger.






 
 

AGEFI



...