Le gaz doit participer à la transition

jeudi, 07.06.2018

La forme d’énergie fossile la plus propre est trop souvent écartée des plans pour des solutions moins bonnes.

Christian Affolter

Le gaz naturel doit faire face en Suisse à une opposition particulièrement vive. Il ne fait tout simplement pas partie de la Stratégie énergétiqe 2050. Plutôt que de le voir en tant qu’alternative contribuant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, il est considéré comme une énergie fossile. Comme s’il n’existait aucune différence par rapportau mazout, voire au charbon. Son rôle dans un contexte international est discuté aujourd’hui dans le cadre d’une table ronde à l’occasion des 50 ans de Gaznat. Il y a quelques années, l’Agence internationale de l’énergie avait déclaré que nous nous trouvons au début d’un âge d’or pour le gaz. Le président de Gaznat Philippe Petitpierre explique pourquoi la Suisse aurait intérêt elle aussi à reconsidérer le rôle du gaz.Dans le domaine de l’électricité, refuser d’avoir recours au gaz pour remplacer tout ou partie de la production actuelle des centrales nucléaires signifie avoir plus fortement recours aux importations. La part d’énergie grise augmenterait, avec une partie produite à partir de charbon. C’est pour cette raison-là aussi que dans le domaine de la mobilité, une part de l’électricité plus importante qu’aujourd’hui n’offre pas forcément un bilan meilleur.






 
 

AGEFI



...