Genève, le canton qui ventile l’Economie

mercredi, 23.05.2018

Fathi Derder, rédacteur en chef de L'Agefi.

Il nous a fallu vingt minutes pour lire le communiqué du Conseil d’Etat genevois. La première lecture a pris deux minutes. Mais il a fallu le lire, le relire, et le relire encore, pour être certain de n’avoir rien raté. Or non, nous n’avions rien raté. En ce mardi 22 mai, peu après 14 heures, l’Etat de Genève a décidé de se passer de Département de l’économie. L’explication? L’économie est partout. Résultat: elle n’est nulle part. Un département s’occupe de l’emploi, un autre de l’innovation, et un troisième de l’aide aux entreprises. La formule de l’Agence Télégraphique Suisse résume tout: «L’économie (...) a été ventilée dans les six autres départements». Genève, le canton qui ventile l’économie.

Dans son communiqué, le Conseil d’Etat ne parle pas de «ventilation». Son wording est plus doux: «Le Département présidentiel sera ainsi ajouté à celui de la sécurité, allégé de l’économie et de l’informatique de l’Etat». Vous avez bien lu: le Département de la sécurité a été «allégé» du poids de l’économie. Cette économie si importante que tout le monde doit s’en occuper, mais trop lourde pour un seul homme. Pendant cinq ans, le président de Genève n’était «que» président. On s’est dit que c’était peu, on a donc ajouté la sécurité, mais on a ventilé l’économie. Et voilà.

En résumé: l’économie est partout, donc elle disparaît du Conseil d’Etat genevois. Alors que la cohésion sociale, qui est aussi partout, bénéficie d’un département à elle seule. Cherchez l’erreur. Mais surtout, les entreprises genevoises n’ont plus d’interlocuteur au Conseil d’Etat. Ils en avaient un. Ils ne l’ont plus. Un signal consternant. Reste un espoir: que ce ne soit qu’une Genferei de plus, pour la galerie. Et que Pierre Maudet garde la haute main sur ce domaine central.

Lire aussi: Plus de Département de l’économie genevois






 
 

AGEFI



...