Transmission d’entreprise: pour rechercher le bon partenaire

jeudi, 17.05.2018

Cyril Schaer*

Afin de trouver un repreneur potentiel, celui qui souhaite transmettre son entreprise doit utiliser plusieurs réseaux.

Selon plusieurs études réalisées en Suisse, le taux de transmission des entreprises s’élève à 70% en moyenne, tous types d’entreprises confondus. 30% des entreprises sont donc dissoutes ou liquidées. Cela s’explique principalement du fait que le marché de la transmission est peu structuré en Suisse et qu’il est par conséquent très opaque. 

Cédants et repreneurs n’étant pas visibles les uns pour les autres, ils peinent à se rencontrer. En outre, bien souvent, les entrepreneurs ne souhaitent pas rendre publique leur démarche de transmission car ils craignent, à juste titre, qu’une telle divulgation soit susceptible de déstabiliser les employés et les partenaires commerciaux de l’entreprise. 

Or, une telle discrétion peut être contre-productive, en particulier si le cédant envisage de transmettre son entreprise à un repreneur externe qui ne fait ni partie de la famille, ni des employés ou des cadres. 

Informations à communiquer

Il s’agit donc, pour le cédant potentiel de résoudre d’abord ce dilemme, et, s’il choisit une transmission à un tiers non identifié, de faire circuler le plus largement l’information qu’il aura pris soin de soigneusement préparer. 

En parallèle, il aura élaboré une stratégie de communication à destination des tiers, des partenaires ou des employés de l’entreprise.

Dans ce cadre, il est nécessaire que certaines informations soient mises à disposition du repreneur potentiel. En particulier, les principales données sur l’entreprise doivent être présentées de manière synthétique. 

Un document, établi anonymement si les partenaires ou les employés de l’entreprise ne sont pas informés, peut être rédigé afin de susciter l’intérêt. 

Si un repreneur potentiel est intéressé, des informations plus précises lui seront alors communiquées, moyennant un strict engagement de sa part sur la confidentialité de l’opération.

La recherche proprement dite

Aucun protagoniste proposant des services liés à la transmission d’entreprise ne semble aujourd’hui pouvoir revendiquer une position prépondérante sur le marché suisse, de sorte que cédants et repreneurs doivent utiliser un maximum de canaux aptes à retenir l’attention de partenaires. 

Le réseau personnel du cédant, qu’il soit privé ou professionnel, devra être mobilisé. Bien que délicate du point de vue de la confidentialité, cette démarche présente certains avantages, en particulier celui du surcroît de confiance qu’apportent les relations personnelles du cédant. 

Les associations professionnelles et les secrétaires patronaux peuvent aussi constituer des interlocuteurs privilégiés pour les entrepreneurs, de même que les conseillers spécialisés dans la transmission d’entreprise.

Comme aucune plateforme unique permettant de mettre en présence l’ensemble ou la majorité des cédants et des entrepreneurs potentiels n’existe aujourd’hui en Suisse, il s’agit de ne pas se limiter à un seul acteur du secteur, mais de multiplier les contacts et les initiatives auprès de plusieurs interlocuteurs.

*Centre Patronal






 
 

AGEFI



...