Libéralisation: sueurs froides pour les barrages

vendredi, 11.05.2018

Marché de l’énergie. L’ouverture totale du secteur donne du fil à retordre à la production hydraulique indigène.

Maude Bonvin

L’ouverture complète du marché de l’électricité voulue par le Conseil fédéral inquiète le secteur de l’énergie. La branche demande des garde-fous afin que la production indigène ne soit pas pénalisée par l’arrivée en Suisse de grands acteurs européens aux énergies pas toujours propres. Pour certains distributeurs, une ouverture aux plus petits consommateurs reviendrait à vendre de l’électricité à bas prix issue de centrales à charbon et de lignite allemandes ou de centrales nucléaires françaises, très polluantes. Pour d’autres, au contraire, la proposition du gouvernement n’engendrerait pas nécessairement une baisse des prix à long terme et permettrait aux géants du secteur comme Alpiq d’augmenter leurs affaires sur sol européen.

Face aux incertitudes que ce projet génère, le domaine de l’énergie exige des mesures d’accompagnement plus importantes que celles proposées par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Il souhaite aussi un débat urgent sur un accord avec Bruxelles, afin de garantir la stabilité du réseau. A noter que l’ouverture ne concerne que la production et pas le réseau. Pas question toutefois pour le secteur de casser le monopole de Swissgrid, au risque de voir les régions périphériques souffrir.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-05-11_ven_01




...