Le 1,20 retrouvé n’est pas un retour à 2015

mardi, 08.05.2018

Entreprises. Les mesures prises ces trois années font que la hausse de l’euro face au franc n’est pas que positive.

Christian Affolter

Le rythme de la hausse de l’euro vis-à-vis du franc s’accélère fortement au début de cette année. Le plancher de 1,20 franc pour un euro a été brièvement dépassé. Les prix des entreprises exportatrices suisses deviennent logiquement plus compétitifs. Cette hausse marquée devrait donc soutenir leurs affaires. Les exemples d’Importexa et de Fischer Connectors montrent toutefois que le bilan est beaucoup plus mitigé, malgré une appréciation globale qui reste positive. Car depuis l’abandon du taux plancher en janvier 2015, les entreprises ne sont pas restées inactives. Elles se sont au contraire positionnées de sorte à atténuer l’impact de ce qu’elles n’hésitent pas à qualifier de choc. La contrepartie en est un effet bénéfique de la hausse moins marqué également.

Le fait que Fischer Connectors mise sur la stabilité des prix en monnaie locale pratiqués sur les différents marchés signifie que les taux de change n’ont guère d’impact sur les volumes. En revanche, la hausse de l’euro devrait permettre aux marges de retrouver un niveau normal.

Importexa, active dans le textile, voit plutôt un effet positif au niveau du chiffre d’affaires, moins du côté des marges. Lors de l’évaluation entre la possibilité de produire en Suisse ou ailleurs, notre pays se révèle plus compétitif, ce qui ralentit donc le mouvement vers les délocalisations de la production. Sans toutefois pouvoir inverser celui-ci.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-05-08_mar_01




...