Monnaie pleine: une initiative vide de sens

vendredi, 04.05.2018

Ivan Slatkine*

L’initiative Monnaie pleine sur laquelle le peuple sera amené à se prononcer le 10 juin prochain ouvre un débat dans lequel les non-initiés se sentent dépassés.

Sans une formation en macro-économie et des bases théoriques solides en matière de politique monétaire, bien malin sera celui qui pourra expliquer de manière simple et concrète le but de cette initiative et, en cas d’acception de cette dernière, sa mise en application et ses effets.

On aura compris que les initiants souhaitent que la création monétaire, sous quelque forme que ce soit, soit du ressort exclusif de la Banque nationale suisse (BNS). Selon eux, en interdisant aux banques commerciales de créer de la monnaie dite scripturale, les dépôts seront plus sûrs et on diminuera ainsi les risques de voir une crise financière éclater.

Malgré tous les efforts possibles au niveau intellectuel, on peine à comprendre comment la Suisse pourrait éviter les crises financières futures si elle venait à modifier seule et de manière si fondamentale son système monétaire. En remettant en cause le rôle des banques commerciales, c’est bien toute l’économie privée et les ménages qui seraient impactés de manière directe. Car en obligeant la BNS d’être à l’origine de toute forme de création monétaire on ralentirait à n’en point douter l’activité économique dans notre pays. 

Enfin, cette initiative oublie que la Suisse fonctionne dans une économie ouverte, et qu’elle n’est pas isolée du reste du monde. Si par hypothèse les banques n’étaient plus autorisées à créer de la monnaie scripturale en Suisse, rien n’empêcherait les sociétés suisses comme les particuliers d’ailleurs de s’adresser à l’étranger pour obtenir plus facilement et rapidement des crédits ou autres facilités de paiement.

En Suisse, grâce à notre démocratie directe, on a l’occasion de pouvoir débattre puis de voter sur de nombreux sujets originaux. Après le débat sur le revenu de base inconditionnel (RBI) il y a trois ans, nous voilà plongé dans un nouveau débat théorique et totalement utopiste. Mais si lors du débat sur le RBI, il était aisé de comprendre le fond du projet, dans le cas de l’initiative Monnaie pleine personne ou presque n’aura compris de quoi il s’agit concrètement.

Il ne fait aucun doute que cette initiative doit être massivement rejetée, non seulement parce que le problème posé est pour le moins vague, mais aussi parce que la solution proposée est totalement irréaliste et théorique faisant fi des réalités du terrain. Même les initiants sont bien incapables de nous indiquer clairement comment serait appliquée leur initiative et quels seraient ses effets tant au niveau du fonctionnement de la BNS que de l’activité économique au sens large dans notre pays.

Si nous avons la chance de pouvoir débattre de tels sujets, preuve que notre démocratie est bien vivante, le 10 juin prochain c’est un non clair qu’il faudra mettre dans l’urne pour le bien de notre économie et pour la prospérité de notre pays.

*FER






 
 
agefi_2018-05-04_ven_02




...