La vente à découvert se réaffirme

jeudi, 03.05.2018

SMI. Swatch Group est à nouveau la société de l’indice des grosses capitalisations la plus vulnérable au short selling

Philippe Rey

L’activité de vente à découvert portant sur les titres du SMI a augmenté sensiblement depuis le début de l’année.  En premier lieu sur les actions Swatch Group, LafargeHolcim, Givaudan et Swisscom. 6,8% des actions au porteur Swatch Group sont actuellement empruntées (situation au 27 avril dernier), soit une progression de 15,3% par rapport au mois précédent, selon Markit et F&W. C’est la conséquence d’une forte remontée de ces titres depuis la mi-2016 et le début de l’année en particulier (+20% environ), qui traduit la reprise de l’industrie horlogère. Cependant, cette hausse paraît trop rapide et reflète déjà beaucoup de bonnes nouvelles et d’anticipations positives, selon l’avis des vendeurs à découvert. Des doutes surgissent quant à la poursuite de la croissance de l’industrie horlogère à son rythme présent. Sans oublier qu’il s’agit d’une industrie qui n’est pas dépourvue de cyclicité. L’évolution boursière des titres Swatch Group le reflète, bien que leur tendance à long terme (sur les vingt dernières années notamment) soit haussière. Le short selling apparaît comme une activité risquée: le timing et le fait de mésestimer parfois la valeur intrinsèque d’une entreprise.






 
 

AGEFI



...