Straumann s’allie à un pionnier français

vendredi, 13.04.2018

Soins dentaires. Par une part minoritaire qui vise à valoriser l’implantologie par l’intelligence artificielle.

Piotr Kaczor

Le groupe Straumann, chef de file mondial des implants dentaires, basé à Bâle, a annoncé hier  avoir signé un accord prévoyant une prise de participation minoritaire dans la société Dental Monitoring SAS (DM), basée à Paris,  un pionnier de l’orthodontie à distance. En échange d’une injection de capital du groupe bâlois qui obtient aussi les droits de distribution, avec certains niveaux d’exclusivité, des systèmes de télésurveillance de la société française. Les détails financiers de l’opération n’ont pas été dévoilés.

Straumann n’aurait-il pas souhaité prendre une participation majoritaire? Interrogé à ce sujet, Straumann ne répond pas directement à la question, en précisant toutefois bénéficier d’un droit de préemption. Et en soulignant les avantages majeurs qu’il retire de l’accord. A savoir l’accès à une technologie que Straumann pourra appliquer dans l’implantologie. Pour le groupe bâlois, l’intérêt de l’opération va dépendre finalement non pas tellement du prix de la participation (la qualité peut se surpayer) que des niveaux d’exclusivité obtenus.

Ce qui lui permettra de valoriser ses solutions d’implantologie dentaire, par le recours  à l’intelligence articifielle développée par la société française. Il est prématuré d’évaluer cet impact, y compris sur les nouveaux marchés dentaires spécifiques développés ces dernières années par Straumann, par le biais d’acquisitions.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-04-13_ven_01




...