La mobilité genevoise ne satisfait personne

vendredi, 13.04.2018

L’enquête 2018 «Grand Genève, sa population et son désir de vivre ensemble» révèle que la mobilité est la première problématique qui préoccupe les habitants de la région, qu’ils soient riverains du canton, du district de Nyon, ou encore des départements voisins de l’Ain et de la Haute-Savoie. Derrière les transports, ce sont les questions de logement et de sécurité qui inquiètent ensuite les Genevois et Nyonnais, alors que les frontaliers se font davantage de souci au sujet de la santé. L’étude de la HES-SO montre également que la satisfaction par rapport au temps de trajet domicile-travail s’est fortement détériorée depuis 2016. Celle-ci est significativement plus basse du côté français. «Face à l’offre de transport en commun, par exemple, l’insatisfaction est extrême en France alors que les Genevois sont plutôt contents de leurs services», affirme Andrea Baranzini.

Le Grand Genève, zone urbaine transfrontalière composée de 212 communes, compte près d’un million d’habitants mais «manquerait d’une âme», selon François Abbé-Decarroux, directeur général de la HES-SO Genève. Réalisé par des professeurs et étudiants, et soutenu par l’agglomération franco-valdo-genevoise, ce sondage est une contribution modeste des six hautes écoles au développement du vivre ensemble de cette région contrastée.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-04-13_ven_01




...