Le vieillissement exige de nouveaux concepts d’habitation

mardi, 10.04.2018

Carine Hayoz*

Carine Hayoz, membre du comité de WIPSWISS.

 

Le nombre croissant de personnes âgées et leur souhait de rester le plus longtemps possible dans leur propre habitation nécessitent de nouveaux bâtiments adaptés. 

Il faut donc développer les formes d’habitat qui répondent aux aspirations à une vie indépendante et autonome de ce créneau démographique. Les générations actuelles et futures, en effet, revendiquent la liberté et l’individualisme, font leurs propres choix, maîtrisent les technologies numériques et vivent de plus en plus longtemps, en restant également de plus en plus longtemps en bonne santé dans leurs propres meubles.

L’importance du mode de vie

Le mode de vie auquel nous sommes habitués détermine également nos préférences lorsque nous devons choisir le type d’habitat et les services que nous souhaitons pour nos vieux jours. Une personne qui a joué un rôle actif dans la vie de son quartier sera ravie qu’une activité bénévole ou une entraide soit prévue (habitats multigénérationnels, communautés ou logements regroupés), tandis qu’une personne qui était davantage casanière préférera sans doute un environnement où elle peut faire appel à des interlocuteurs compétents (résidences pour personnes âgées ou résidences-services).

Plus une personne âgée garde son autonomie, plus il est fréquent qu’elle bénéficie de services professionnels extérieurs. Indépendamment des coûts et des besoins, la plupart des seniors souhaitent appartenir à un réseau au sein de leur voisinage et pouvoir compter sur une personne de confiance dédiée dans leur milieu de vie. 

Les modèles qui favorisent les rencontres personnelles et locales et consolident ainsi le lien communautaire et la confiance sont également durables.

 

  • Solutions architecturales pour de nouveaux concepts d’habitation. Les retraités demandent à choisir eux-mêmes, de façon flexible, leur lieu de vie et leurs services. Il en résulte un besoin de logements assortis de services à la carte, dont la localisation satisfait à des critères précis (proximité des infrastructures et des services) et dont l’architecture est adaptée, sans obstacles physiques et avec un ascenseur pour permettre à leurs habitants de conserver plus longtemps leur environnement familier. 

 

Tant la plate-forme de services anonyme ouverte à tous que l’homme à tout faire/le concierge que chacun appelle par son prénom dans l’immeuble sont indispensables. La prise en charge dans un centre pour personnes âgées ou une maison de retraite n’est souvent envisagée qu’au-delà de 80 ans - si elle l’est un jour!

 

  • Problématique de la démence sénile. À mesure de la progression du vieillissement dans la société, le nombre de personnes atteintes de démence est appelé à augmenter. 

 

Les infrastructures qui leur sont spécialement destinées sont coûteuses et grèveront lourdement les budgets publics.

 

  • Problématique de l’habitat dans un emplacement central. L’exigence d’un logement bien desservi est fondamentale pour les aînés. 

 

Les retraités indépendants tiennent davantage encore au confort de disposer de transports publics, de commerces, de services et de divertissements dans leurs environs immédiats. La densification réfléchie, les annexes et les superstructures s’imposent pour accueillir toutes les personnes, jeunes et moins jeunes, qui recherchent un logement en position centrale.

 

  • Problématique des petites habitations. À l’automne de la vie, la taille des ménages se réduit. Les retraités vivent seuls ou à deux, de sorte que la demande de logements de 2,5 et 3,5 pièces dans des quartiers centraux bien desservis et achalandés va aller croissant.
  • Problématique des obstacles dans les anciennes constructions. Les nouvelles habitations sont aujourd’hui largement exemptes d’obstacles. Souvent, les personnes âgées vivent toutefois dans de vieilles maisons bon marché et désirent rester dans leur environnement familier.

 

Il convient dès lors d’élaborer des bases et des stratégies pour rénover les anciens bâtiments afin d’éliminer leurs obstacles à un coût économique.

*Membre du comité Wipswiss






 
 

AGEFI



...