Vaud profitera de son avantage 2 à 4 ans

jeudi, 05.04.2018

Fiscalité. L’avance prise par le canton lui permettra de se profiler auprès des entreprises.

Piotr Kaczor

C’est sous le titre «un calme trompeur dans le paysage fiscal» que KPMG a publié l’édition 2018 de son rapport annuel Swiss Tax Report. Un titre dû au refus de la RIE III fédérale et à l’attente du Projet Fiscal 2017 (PF17). Directeur adjoint de la Chambre Vaudoise du Commerce et de l’Industrie (CVCI), responsable du Département Conditions-cadres, Guy-Philippe Bolay se réjouit d’ores et déjà de voir fortement s’améliorer en 2019 la mauvaise situation actuelle du Canton de Vaud en matière d’imposition.

Dans un contexte international et national de concurrence accrue, les espoirs soulevés en 2016 par l’acceptation massive (87%) de la version vaudoise de la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) ont été douchés par le refus de la RIE III fédérale, le 12 février 2017.

Mais le canton a-t-il les moyens d’abaisser durablement le taux d’imposition (niveau moyen actuel de plus de 21,4%) à 13,79%? Guy-Philippe Bolay n’en doute pas. A son gré, le Canton de Vaud va bénéficier d’un avantage substantiel, durant deux à quatre ans, pour les entreprises qui doivent choisir une nouvelle localisation. Notamment par rapport au Canton de Genève, qui envisage un taux d’imposition certes globalement similaire, mais avec deux ans de retard au minimum. Mais aussi par rapport au canton de Zurich qui ne prévoit pas d’abaisser son taux d’imposition courant à un niveau si bas (18,19%).






 
 

AGEFI



...