Aevis vise l’accès direct aux patients

mardi, 03.04.2018

Santé. Alors que divers scénarios sont à l’étude pour le pôle immobilier du groupe Aevis Victoria.

Piotr Kaczor

«Les cliniques indépendantes sur le marché suisse sont en relative bonne santé financière. Celles-ci préfèrent dès lors poursuivre sur la voie de l’indépendance que de rejoindre un groupe.» C’est en ces termes qu’Antoine Hubert, Administrateur-délégué du groupe Aevis Victoria, (et actionnaire de L’Agefi), explique, dans une interview (page 4) le calme plat au niveau des acquisitions l’an dernier. En particulier pour le pôle «Hôpitaux»: Swiss Medical Network, l’un des deux grands groupes de cliniques privées en Suisse, avec Hirslanden. A la suite de la publication, jeudi, des résultats 2017 d’Aevis Victoria, basé à Fribourg et coté sur SIX. Avec à la clé un bénéfice net en baisse de près de 60%, obéré par les amortissements extraordinaires liés à d’amples rénovations, notamment de l’hôtel Eden Au Lac à Zurich, l’un des cinq palaces cinq-étoiles du groupe. Avec 16 cliniques actuellement, Aevis reste confiant d’atteindre son objectif de 20-25 cliniques, «taille idéale» selon Antoine Hubert. Compte tenu de la pression continue sur les prix dans le secteur, y compris sous l’effet de la révision tarifaire Tarmed cette année. D’où l’accent stratégique mis sur l’accès direct aux patients (b2c) et des permanences sans rendez-vous, ainsi que sur le recrutement de médecins. Alors que plusieurs scénarios sont à l’étude, dont une cotation, pour le pôle immobilier, dont la valeur de marché a dépassé le seuil du milliard de francs.






 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-04-03_mar_01




...