Les atouts structurels des marchés émergents

jeudi, 29.03.2018

Investissement. La part accrue du commerce entre ces pays réduit leur vulnérabilité aux tensions commerciales.

Piotr Kaczor

Les marchés émergents sont toujours moins exposés aux répercussions économiques négatives possibles des pays les plus avancés. Et la phase de nette surperformance des actions de ces pays l’an dernier n’est pas terminée selon Kim Catechis, le responsable Marchés émergents  de Martin Currie, une filiale de Legg Mason,  dans un entretien avec L’Agefi. Même si les tensions commerciales suscitées par les mesures protectionnistes du Président des  Etats-Unis, Donald Trump, accroissent les incertitudes sur les marchés et le risque de ralentissement de la croissance mondiale. Cela n’infléchit pas l’importance grandissante des pays émergents dans le commerce international. Et plus particulièrement des échanges entre ces pays, dont la part au commerce mondial a plus que triplé en vingt ans, passant de 5% du total des échanges à plus de 17%. Même si plusieurs de ces pays sont plus exposés à la demande des économies avancées, les raisons d’investir dans les entreprises de ces zones de croissance ne manquent pas. Y compris dans l’obligataire, compte tenu des taux d’intérêt plus élevés. Et de la dynamique favorable de ces marchés. Mais aussi des facteurs structurels (démographie, essor des classes moyennes, urbanisation) qui plaident pour une meilleure résilience de ces économies. Même si l’Inde est l’un des rares pays à avoir mené récemment des réformes de grande ampleur pour son économie.






 
 

AGEFI



...