Sclérose en plaques: GeNeuro quasi au but

mardi, 27.03.2018

La recherche dans le traitement de la sclérose en plaques vient de faire un énorme pas en avant. La biotech genevoise GeNeuro et son partenaire, le laboratoire Servier, ont annoncé hier que leur étude de phase 2b dans le traitement de la maladie présentait des résultats positifs à 12 mois. Le GNbAC1, le médicament développé, a le potentiel de devenir efficace pour ralentir ou arrêter la progression de la maladie sous toutes ses formes. Réalisée auprès de 270 patients dans 12 pays européens – l’étude a, en effet, révélé un bénéfice neuroprotecteur sur des mesures d’atrophie du cerveau. Fondée en 2006, GeNeuro propose une nouvelle approche dans le traitement des maladies auto-immunes associées à des protéines pathogènes exprimées par des rétrovirus endogènes humains (des gènes d’origine virale qui constituent 8% de l’ADN humain). L’entreprise, qui a levé environ 35,5 millions de francs en entrant en Bourse en France en avril 2016, s’attaque à la sclérose en plaques ou encore au diabète de type 1.

«Nous sommes très satisfaits des résultats, qui sont remarquables», se réjouit Jesùs Martin-Garcia, le CEO de GeNeuro. «C’est la première fois qu’un traitement qui cible une protéine issue d’un rétrovirus endogène humain démontre des effets thérapeutiques au cours d’une étude clinique.» 






 
 

AGEFI



...