Elections genevoises: de grands enjeux pour l’économie

vendredi, 09.03.2018

Ivan Slatkine*

Le 15 avril prochain, les Genevois éliront leurs autorités politiques – législatif et exécutif – pour les cinq prochaines années. Ces élections, qui pour le moment passionnent peu le public, sont pourtant extrêmement importantes pour l’avenir du canton de Genève et de son économie. Importantes, car derrière les 623 candidats au Grand Conseil et les 31 candidats au Conseil d’Etat se cachent des dossiers majeurs qui auront un impact significatif et durable sur les conditions cadre du canton du bout du lac.

Il est question de sa capacité à maintenir son attractivité et la richesse de son tissu économique. Dans ce cadre, une fiscalité attractive – tant pour les personnes physiques que morales – des infrastructures de qualité, des finances publiques saines et durables et des systèmes de formation et de santé de qualité pour tous sont autant de sujets qui façonnent les bases du développement économique et qui sont essentiels pour les entreprises.

PF17, réforme de la CPEG...

Le nouveau parlement élu en avril prochain devra rapidement se positionner sur des dossiers majeurs, urgents, tels que le projet PF17 ou, en matière de finances publiques, la réforme de la CPEG, par exemple. 

Le débat sera également vif sur le développement du canton tant en matière de logement que de transports publics et privés et sur l’aménagement du territoire au sens large. Les positions prises à gauche comme à droite sur le développement de l’aéroport en sont la démonstration.

Il est certain que la majorité qui sortira des urnes au printemps prochain déterminera le sens dans lequel le canton va se développer.

Une majorité soutenant des conditions cadre favorables à l’économie, et donc à l’emploi, permettra de consolider un environnement propice à la création de richesses et, de facto, à la prospérité du canton. Avec des mesures d’accompagnement raisonnables et raisonnées, les entreprises auront la garantie de pouvoir évoluer dans un environnement stable, favorable à leur développement et favorisant la croissance.

A contrario, une majorité hostile aux adaptations nécessaires proposées – PF17, réforme de la CPEG, etc.) – créerait davantage d’instabilité et d’incertitudes, poussant de nombreuses entreprises à quitter le canton, pas forcément pour partir à l’étranger, mais tout simplement en franchissant la frontière de la Versoix avec les emplois et les contribuables qui y sont liés. 

Dans une telle hypothèse, le canton de Genève pourrait rapidement se trouver dans une situation difficile, n’ayant plus les ressources pour couvrir ses prestations, à l’instar de ce qui s’est passé dans le canton de Neuchâtel ces dernières années.

Connaissant ces enjeux, il est important que les milieux économiques s’engagent dans cette campagne en soutenant les partis et les candidats qui sont favorables au maintien de conditions cadre propices à la libre entreprise et à la création de richesse. Il en va de leur prospérité future comme de celle du canton.

*Président FER Genève






 
 

AGEFI




...