Comment Payot combat l’algorithme d’Amazon

mercredi, 07.03.2018

Marché du livre. Pour le leader en Suisse romande, l’enjeu consiste à trouver l’équilibre entre tradition et modernité.

Elsa Floret

Pascal Vandenberghe, CEO et Chairman de Payot a toujours refusé de traquer ses clients via une base de données sophistiquées, qui pourrait pourtant les conseiller sur le prochain livre à acheter et ainsi augmenter ses revenus. 

Historique, sa farouche opposition prend une nouvelle teinte avec l’arrivée en Suisse d’Amazon, champion des algorithmes qui a fait ses débuts, il y a 20 ans,  en distribuant des livres. 

A l’heure où d’autres réseaux de libraires, majoritairement français, ont réduit la voilure prédisant au livre - déjà en 2008 - la même décroissance que celle qu’a connue le disque, Payot a adopté l’exact opposé en augmentant son offre et donc ses surfaces de vente, passant par exemple de 60.000 à 100.000 références à Genève. 

Le réseau Payot possède aujourd’hui douze librairies en nom propre en Suisse romande et emploie 350 collaborateurs. Le CEO envisage d’en ouvrir de nouvelles dans des villes moyennes, qui n’en n’ont pas, ou d’en reprendre lorsqu’un libraire choisit de céder son activité. Comme ce fut le cas à Morges en janvier. 

Quelques jours après la sortie très attendue du dernier roman de Joël Dicker, L’Agefi fait le point avec trois librairies à Genève (Payot, Atmosphère et la Fnac).






 
 

AGEFI


 

 




...