L’apprentissage doit être adapté plus rapidement

lundi, 05.03.2018

Le Conseil fédéral prévoit d’adapter la filière professionnelle à la numérisation d’ici 2030. Une échéance trop lointaine.

Christian Affolter

Les CFC ne sont pas adaptés à la numérisation. Les entrepreneurs contactés par L’Agefi depuis un mois sont unanimes: les apprentissages forment trop souvent pour des métiers qui n’existent plus (lire L’Agefi du 27 février). Le Conseil fédéral semble en avoir pris conscience, et propose une réforme pour... 2030. Une échéance beaucoup trop lointaine au vu de la rapidité de l’évolution du marché du travail: la mise en oeuvre doit commencer aujourd’hui. Ce lundi, justement, le Conseil fédéral doit précisément répondre à une question à ce sujet.

Le côté pratique si souvent mentionné parmi les avantages des apprentissages suisses en comparaison internationale a parfois du plomb dans l’aile. Le système dual veut dire qu’une partie de la formation soit faite en entreprise, l’autre à l’école. Proposer des formations professionnelles destinées à l’industrie qui se passent à 100% à l’école, comme cela se fait dans certains cantons, et de manière plus répandue en Suisse romande, n’est évidemment pas compatible avec ce concept. Cela risque de devenir pénalisant avec l’accélération de l’évolution des métiers, d’agrandir l’écart entre la formation des apprentis et les besoins des entreprises, au lieu de favoriser cette fameuse adéquation.






 
 

AGEFI




...