Smartwatch: la guerre de propagande

jeudi, 15.02.2018

Horlogerie. Apple se compare aux grandes marques suisses. Ce n’est pas là qu’il gagne des parts de marché.

Michel Jeannot

«Apple et Android détruisent l’horlogerie suisse»: c’est par ce titre accrocheur que le site Techcrunch a résumé les études dévoilées récemment par le cabinet Canalys. Lequel affirme que, pour la première fois de son histoire, Apple a vendu au 4e trimestre 2017 davantage de montres que toute l’horlogerie suisse réunie. A qui Apple a-t-elle pris des parts de marchés?

En 2014, année de lancement de l’Apple Watch, les horlogers suisses produisaient 4,5 millions de montres de plus qu’aujourd’hui. On peut donc en déduire que la firme américaine a pris des parts de marché aux marques helvètes actives dans le bas de gamme, et probablement en premier lieu à Swatch. Mais l’essentiel de la concurrence d’Apple et des autres montres connectées est bien davantage les producteurs de montres à quartz bon marché, essentiellement asiatiques et américains. Et cela même si Apple se plaît depuis des années à comparer ses résultats à ceux des horlogers suisses. Tout en ne publiant jamais de chiffres.

Pour confirmer l’idée que l’horlogerie suisse haut de gamme n’est pas directement concernée par l’avènement de la montre connectée, l’analyse d’un homme au parcours digne d’intérêt: Patrick Pruniaux, ancien de TAG Heuer puis d’Apple - il a notamment travaillé sur le lancement de l’Apple Watch - aujourd’hui CEO d’Ulysse Nardin: «La montre connectée n’a jamais été une véritable menace pour la belle horlogerie.»






 
 

AGEFI


 

 



...