Marché: de la nervosité, mais pas de panique

mardi, 06.02.2018

Important secousse hier à Wall Street. Les investisseurs adoptent des approches d’investissement plus sélectives.

Levi-Sergio Mutemba

Tension hier à Wall Street. L'indice VIX, qui mesure la volatilité sur le S&P 500, s'affichait à son plus haut niveau depuis 2016.(keystone)

Les marchés ont poursuivi leur décrochage hier, cédant entre 4% et 5% hier aux Etats-Unis. Les investisseurs disent clairement au revoir au beta, réduisant de façon significative leur exposition à l’ensemble du risque de marché. 

La plupart des analystes et des gérants de portefeuille soulignent la transition d’une approche d’investissement passive à une approche active. Forcément, puisque la fin du programme quantitatif (QE) de la Fed et son cycle de resserrement monétaire privera toute une catégorie de titres d’un puissant catalyseur.

Place désormais à l’analyse factorielle des gérants fondamentaux L/S Actions, spécialiste des anomalies de prix et qui se réjouissent d’observer une dispersion croissante des rendements. Place aussi aux fonds global macro qui ont pour vocation d’anticiper les événements macroéconomiques.

C’est pourquoi à la question de savoir si la chute des cours constitue une source de malaise ou de réjouissance, Lucy McDonald, CIO des Actions chez Allianz Global Investors, opte pour le deuxième sentiment: «Il devenait inquiétant de voir les marchés poursuivre leur hausse sans interruption.» Et d’évoquer une «saine correction». Elle pourrait aller jusqu’à environ 10%. pages 11-12-13 et 20 






 
 

AGEFI


 

 



...