Comment Julius Baer va gérer l’après Collardi

jeudi, 01.02.2018

Gestion privée. Le nouveau CEO Bernhard Hodler s’inscrit dans une continuité plus «focalisée» et plus aiguisée.

Piotr Kaczor

La première apparition publique de Bernhard Hodler en tant que nouveau CEO du groupe Julius Baer a dissipé une bonne part des incertitudes qui pouvaient subsister depuis le départ surprise, annoncé fin novembre, de son prédécesseur Boris J. Collardi parti rejoindre le collège des Associés de la banque Pictet. Des incertitudes qui portaient sur une éventuelle inflexion stratégique du groupe zurichois de gestion privée et sur le caractère durable de la nomination du CEO. A l’occasion de la présentation, mercredi à Zurich des très bons résultats 2017 d’un groupe Julius Baer «en grande forme», Bernhard Hodler s’est résolument inscrit dans la continuité d’une stratégie centrée sur la gestion privée pure, mais avec un profil plus «focalisé» et plus «aiguisé». Deux attributs qui ont pour mérite de séduire les tenants de la continuité tout en dissipant l’image du successeur sur les pas d’un prédécesseur entouré de l’aura du «deal maker» avec d’amples acquisitions qui ont transformé le groupe zurichois. Dans l’entretien accordé à L’Agefi, le CEO ne cache pas que les opérations transformationnelles de grande ampleur restent à l’ordre du jour, tout comme celles qui permettent d’entrer sur de nouveaux marchés.






 
 

AGEFI


 

 



...