Le SIHH veut prouver sa capacité à innover

lundi, 15.01.2018

Haute Horlogerie. Le salon s’ouvre aujourd’hui avec de nouveaux espaces dédiés. Insuffisant pour certains exposants.

Elsa Floret

Aujourd’hui débute à Genève le Salon international de la haute horlogerie (SIHH), dans un contexte économique de reprise pour les ventes horlogères. Et avant même son ouverture, ce grand rendez-vous enregistre déjà un record avec 35 marques exposantes. Une performance que la Fondation de la Haute Horlogerie (FHH), organisatrice du salon, explique notamment par son positionnement dans la défense des intérêts de la branche.

Ce succès, le SIHH le doit aussi à une remise en question qui a abouti à une mutation amorcée il y a plus de trois ans. Des solutions concrètes ont été adoptées. A commencer par l’ouverture du salon au public depuis 2017 afin de se rapprocher des clients finaux, selon le souhait des exposants. Et cette année, ce rendez-vous se veut être connecté avec la création d’espaces dédiés, comme l’Auditorium, un lieu d’échange, d’expériences interactives.

Malgré tout, des marques s’interrogent sur l’essence même de cette manifestation. Un questionnement que n’esquive pas Fabienne Lupo, présidente de la Fondation. Pour cette dernière, tous les salons, et pas uniquement ceux de l’horlogerie, n’échappent pas à une nécessaire réflexion sur leur existence et leur nécessité.



 
 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-01-15_lun_01

Testez notre nouvelle App smartphone




...