L’économie suisse sort fortifiée de ses épreuves

jeudi, 11.01.2018

Franc suisse. La relance de la conjoncture devient réalité. La remontée de l’euro vis-à-vis du franc y contribue.

Philippe Rey

La décision prise en janvier 2015 par la Banque nationale suisse (BNS) d’abandonner le cours plancher euro franc suisse n’était pas si mauvaise au vu de l’évolution actuelle, bien que les avis restent partagés à ce sujet. En effet, la croissance de l’économie suisse s’accélère. La reprise s’est étendue à davantage de secteurs. 

Certes, le nouvel élan est insufflé par la reprise économique mondiale, ce qui constitue un parfait programme conjoncturel. La plus plus grande vigueur de la zone euro pousse la monnaie européenne à la hausse vis-à-vis du franc et aide les branches exportatrices. Mais celles-ci se sont  fortement adaptées au «choc du franc», en innovant et en adaptant leurs structures efficacement.

Cette capacité à résister, «cette incroyable agilité», Jean-Pierre Danthine la salue dans l’interview qu’il nous a accordée. Malgré les difficultés qu’elle a infligées aux entreprises, l’ancien vice-président de la BNS ne regette en rien cette décision: «Nous devions le faire, et nous avons eu raison de le faire.» D’autant que «le franc n’est sans doute pas très loin aujourd’hui» de sa vraie valeur. Et de rappeler que, parmi toutes les banques centrales, c’est la BNS qui a pris le plus de risques, qui a engagé les mesures les plus fortes.






 
 

AGEFI


 

 



...