La BNS pourrait resserrer avant la BCE

mercredi, 10.01.2018

Taux d’intérêt. Mais ce scénario devrait répondre à plusieurs critères, trois ans après le choc sur le franc.

Piotr Kaczor

Davantage que le bénéfice net de 54 milliards de francs au titre de l’année 2017 annoncé hier par la BNS, c’est la bonne tenue de la conjoncture qui alimente les interrogations sur le scénario qu’adoptera l’institut d’émission pour normaliser sa politique monétaire. D’autant que, la veille, l’OFS a fait état d’un renchérissement moyen de 0,5% en 2017. Un niveau positif pour la première fois depuis des années. Et un premier pas vers une normalisation des taux d’intérêt. Si la majorité des économistes ne tablent pas sur un relèvement des taux ni, encore moins, sur une sortie des taux négatifs avant la Banque centrale européenne (BCE), plusieurs d’entre eux n’excluent pas cette possibilité et élaborent des scénarios dans ce sens. Pour les économistes de Credit Suisse, la probabilité que la BNS franchisse le pas avant la BCE s’est accrue, au vu de la tendance à la dépréciation du franc depuis quelques mois et de l’accélération de la croissance économique suisse. Mais plusieurs critères doivent être réunis à cet effet. Alors que le débat sur le bien fondé de l’abandon du taux plancher de l’euro par la BNS, il y a trois ans, reste conditionné par le caractère douloureux du processus d’adaptation de nos entreprises à cette brusque appréciation du franc. Même si les experts s’accordent à penser que l’économie suisse est en passe de sortir renforcée de l’abandon du taux plancher.



 
 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-01-10_mer_01

Testez notre nouvelle App smartphone




...