The Nail Bar cartonne et continue de grandir

mardi, 09.01.2018

En huit ans, la société basée à Lausanne a ouvert 15 enseignes et emploie désormais 100 collaborateurs.

Leila Ueberschlag

Aller se faire vernir les ongles comme on va boire un café: c’est le concept implanté en Suisse par Florence Stumpe.

Aller se faire vernir les ongles comme on va boire un café: c’est le concept implanté en Suisse par Florence Stumpe et son époux, Daniel. C’est lors d’un séjour à New York que cette ancienne criminaliste – qui travaillait alors pour la police fédérale – décide de changer de carrière pour démocratiser les «bars à ongles» sur le territoire helvétique. En mars 2010, le couple ouvre son premier «Nail Bar» à Lausanne. «Les Suisses, qui sont reconnus pour beaucoup voyager, connaissaient déjà bien ce concept», relate-t-elle. «Nous avons rapidement gagné de la clientèle.» Lausanne, Genève, Fribourg ou encore Monthey. En quelques années, les enseignes se multiplient en Suisse romande. Le tout dernier bar, le quinzième, a ouvert à Lausanne (qui en compte quatre au total) en décembre. The Nail Company a également ouvert trois bars à sourcils, ou Brow Bar, à Genève, Lausanne et Neuchâtel. Forts de leur succès, Florence et Daniel - qui ont gagné le Swiss Economic Award en 2016 - ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. «Nous visons, dans l’année à venir, une extension du côté alémanique ainsi qu’une densification en Suisse romande, en fonction des opportunités qui s’offriront à nous», confie Florence. «Le plus important est de conserver notre culture d’entreprise. Même si nous nous sommes transformés en PME, nous voulons garder un lien «familial» avec nos collaborateurs», affirme-t-elle.






 
 

AGEFI


 

 



...