Investissement durable: de plus en plus prisé

vendredi, 05.01.2018

Rentabilité, risque et liquidité ne sont pas les seuls critères. Les établissements financiers s’adaptent à la demande.

L’attrait pour l’investissement durable a pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Une tendance qui semble être plus qu’un simple effet de mode. Des établissements comme Credit Suisse ou encore la Banque cantonale bernoise ont mis en place des unités qui se chargent de ce secteur. «Nous voulons ainsi démontrer que nous prenons cela très au sérieux. Il ne s’agit pas uniquement de procéder à des effets d’annonce», précise Marisa Drewe, responsable de l’unité Impact Advisory and Finance Department de Credit Suisse.

L’intérêt pour ces produits s’explique en particulier par un changement d’image. L’investissement durable n’est plus forcément associé à l’idée d’un rendement peu élevé. «Il y a dix ans, le thème de la durabilité était considéré comme un investissement dans des projets écologiques, comme l’énergie solaire», explique Alex Tobler, responsable des investissements durables de la Banque cantonale bernoise. La réalité est cependant beaucoup plus vaste et les critères varient nettement entre les différents acteurs du secteur.

Si les initiatives des banques peuvent faire penser à une décision marketing, la réalité est un peu plus complexe. Ces activités ne sont pas plus rémunératrices que les affaires traditionnelles, estime Manfred Stüttgen de l’Institut pour les services financiers de Zoug. Ces produits nécessiteraient de former le personnel, de donner plus d’explications aux clients et sont plus coûteux.



 
 
 

Agrandir page UNE

agefi_2018-01-05_ven_01

Testez notre nouvelle App smartphone




...