B-Sharpe démocratise le change de devises

jeudi, 04.01.2018

Avec une croissance de 100% en 2017, la fintech genevoise confirme sa place sur un marché en plein boom.

Leila Ueberschlag

Permettre aux PME et aux particuliers de changer de l’argent à taux réduit: c’est la mission de la plateforme b-Sharpe. Basée à Genève, la fintech compte plus de 5500 clients et affiche un taux de croissance de 96,6% pour l’année écoulée. Le service offert par b-Sharpe est né du constat que les particuliers et les PME paient une prime injustifiée pour leur accès à de simples opérations de change par rapport aux grandes institutions type multinationales qui ne s’acquittent, quant à elles, quasiment d’aucuns frais. 

La fintech propose, depuis 2013, des paiements internationaux à des taux dont la marge est réduite d’environ deux tiers par rapport aux intermédiaires traditionnels.«Les débuts ont été relativement difficiles, car les gens qui désiraient faire du change ne pensaient pas pouvoir s’adresser à d’autres acteurs que les banques ou les bureaux dédiés à cet effet», relève le CEO et fondateur, Jean-Marc Sabet. «Il a fallu se faire connaître et gagner la confiance d’un public peu habitué, à l’époque, à utiliser de tels services.» Pour y parvenir, la sécurité a été un élément clé. La fintech a donc assuré toutes les transactions contre la fraude et le hacking jusqu’à trois millions de francs. En 2018, un des objectifs poursuivi par b-Sharpe est d’effectuer les démarches auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) afin d’obtenir une licence bancaire dite «light».






 
 

AGEFI



...