Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

B-Sharpe démocratise le change de devises

jeudi, 04.01.2018

Avec une croissance de 100% en 2017, la fintech genevoise confirme sa place sur un marché en plein boom.

Leila Ueberschlag

Permettre aux PME et aux particuliers de changer de l’argent à taux réduit: c’est la mission de la plateforme b-Sharpe. Basée à Genève, la fintech compte plus de 5500 clients et affiche un taux de croissance de 96,6% pour l’année écoulée. Le service offert par b-Sharpe est né du constat que les particuliers et les PME paient une prime injustifiée pour leur accès à de simples opérations de change par rapport aux grandes institutions type multinationales qui ne s’acquittent, quant à elles, quasiment d’aucuns frais. 

La fintech propose, depuis 2013, des paiements internationaux à des taux dont la marge est réduite d’environ deux tiers par rapport aux intermédiaires traditionnels.«Les débuts ont été relativement difficiles, car les gens qui désiraient faire du change ne pensaient pas pouvoir s’adresser à d’autres acteurs que les banques ou les bureaux dédiés à cet effet», relève le CEO et fondateur, Jean-Marc Sabet. «Il a fallu se faire connaître et gagner la confiance d’un public peu habitué, à l’époque, à utiliser de tels services.» Pour y parvenir, la sécurité a été un élément clé. La fintech a donc assuré toutes les transactions contre la fraude et le hacking jusqu’à trois millions de francs. En 2018, un des objectifs poursuivi par b-Sharpe est d’effectuer les démarches auprès de l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) afin d’obtenir une licence bancaire dite «light».






 
 

AGEFI


 

 



...