Une start-up vaudoise veut uberiser les réservations des blocs opératoires

Mercredi, 18 juillet 2018 // Matteo Ianni

La start-up resot.care va lancer une plateforme de mise en relation entre les différents intervenants professionnels du domaine médical. L’objectif est de simplifier les réservations d’interventions chirurgicales ambulatoires, stationnaires et privées. Une innovation de taille dans le milieu hospitalier.

La question des délais d’attente pour les interventions chirurgicales non urgentes soulève des controverses et s’avère parfois déroutante.  Aujourd'hui, des personnes souffrantes sont obligées d'attendre plusieurs mois pour une opération. Comment en est-on arrivé à un tel engorgement? Les...

SGS est en ligne avec son plan stratégique 2020

Mercredi, 18 juillet 2018 // Elsa Floret

Pour ses acquisitions le leader mondial de l’inspection - dont les résultats semestriels sont en hausse - met le focus sur l’Asie du Nord-Est et l’Amérique du Nord.

Lors de la présentation de ses résultats semi-annuels devant les médias mercredi depuis son quartier général genevois, la SGS renouvelle ses perspectives 2018, ainsi que ses objectifs stratégiques de croissance 2020. Les résultats sont en hausse. En ce qui concerne l’accélération du programme d’acquisitions du leader...

Temenos poursuit sa croissance tous azimuts au 2e trimestre

Mercredi, 18 juillet 2018

Le chiffre d'affaires de Temenos s'est élevé à 204 millions de dollars, en hausse de 17% sur un an.

Temenos a annoncé mercredi des résultats extrêmement solides au 2e trimestre. Aussi bien le chiffre d'affaires que le résultat opérationnel (Ebit) et les recettes tirées des licences sont en nette hausse et bien supérieurs aux attentes des analystes. Le chiffre d'affaires du développeur genevois de logiciels bancaires s'est...

La Suisse se hisse au top mondial de la robotique

vendredi, 22.12.2017

De Lausanne à Zurich, il y a une grande densité de talents. Les exemples d’entreprises romandes à succès sont nombreux.

Leila Ueberschlag - Johan Friedli

Le rayonnement du secteur robotique suisse à l’international n’est plus à démontrer. Forbes a, par exemple, récemment qualifié le pays de «Silicon Valley de la robotique». Sans forcément aller aussi loin, les noms des entreprises suisses sont très souvent évoqués au-delà des frontières. Ils sont cependant moins connus du grand public, car il s’agit principalement de robots destinés à un usage professionnel.

De Lausanne à Zurich, il y a une densité remarquable de talents issus des EPF et des autres écoles. En parallèle de la formation, la recherche fondamentale a permis de nombreux transferts de technologies. «La robotique a vraiment décollé au cours des cinq dernières années et un grand nombre de spin-off ont vu le jour», selon Dario Floreano, directeur du Pôle de recherche national robotique.

Si l’écosystème est très prometteur, de nombreux défis restent à relever. «Des entreprises comme Intel ou Google viennent s’installer en Suisse et engagent des talents. Nous devons rivaliser face à ces géants», rappelle Dario Floreano. Les entreprises romandes se montrent plutôt enclines à collaborer. Le secret pour maintenir la Suisse comme pôle robotique de premier plan?






 
 

AGEFI


 

 



...