Le bitcoin crée un climat de haute instabilité

lundi, 11.12.2017

L’enquête en ligne de L’Agefi sur la crypto-monnaie dresse deux camps non seulement opposés mais de force égale.

Christian Affolter

Le bitcoin a fait son entrée la nuit dernière dans la finance mainstream, grâce au Chicago Board Options Exchange (Cboe).

Les contours de notre enquête en ligne sur le bitcoin n’ont pas mis longtemps à se dessiner. Les réactions ont été promptes. Et tranchées. La confusion sémantique peut-elle expliquer le caractère passionné du débat? Autour de sa technologie sous-jacente, par exemple, la blockchain?

Contrairement à ce qu’on en dit, celle-ci n’est pas une chaîne de blocs «distribuée» mais «décentralisée». Lorsqu’un jeu de cartes est distribué, chaque joueur ne détient qu’une fraction du jeu. Le distributeur reste au centre. Dans un système décentralisé, chaque joueur détient toutes les cartes du jeu. La nuance n’est pas anodine lorsque l’on souhaite évaluer la sécurité de la blockchain. Aussi, vouer le bitcoin aux gémonies pour la seule raison qu’il est volatil, c’est oublier qu’il n’est pas une monnaie. Mais un système de paiement, dont la crypto-monnaie n’en est que l’unité de compte. Or le système crypto-monétaire est stable contrairement à sa monnaie.

Enfin, les derniers Mohicans de l’école autrichienne se sentent revivre, rappelant les crises suscitées par les monnaies ayant cours légal. Eux voient dans la crypto-monnaie l’expression la plus aboutie de l’organisation harmonieuse de l’activité humaine par les forces individuelles.






 
 

AGEFI



...