L’impératif de flexibilité sur le marché du travail

vendredi, 08.12.2017

Union patronale suisse. Quelque 15.000 emplois par an pourraient être créés en accommodant mieux la famille.

Pierre Bessard

La souplesse de la liberté contractuelle sur le marché du travail est la meilleure promesse de plein emploi et de postes rémunérateurs. Pour l’économie, c’est aussi la condition de trouver la main d’œuvre adéquate. A ce titre, une incertitude à court terme est posée par la mise en œuvre de l’initiative sur l’immigration de masse: le Conseil fédéral est attendu à très court terme sur son projet de loi. L’Union patronale suisse se prononce pour un seuil de chômage de 8% afin de déclencher la préférence indigène dans une branche. Cette approche se justifie aussi par la décélération de l’immigration en provenance d’Europe.

Dans l’optique d’une plus grande sécurité juridique, il s’agit aussi de mieux recourir aux potentiels existants au sein de la population résidente. Cela passe notamment par une meilleure intégration des femmes en facilitant la conciliation entre le travail et la famille. Cette stratégie semble d’autant plus appropriée que les personnes qui travaillent à temps partiel sont mieux formées que la moyenne et que 15.000 emplois à temps plein pourraient être créés ainsi. Réduire le chômage des jeunes et des travailleurs âgés (dont le risque de se retrouver sans emploi est cependant moindre) peut se réaliser au mieux par des initiatives privées qui font leurs preuves plutôt que par des réglementations qui entravent l’embauche.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-12-08_ven_01



...