Descartes Finance prend la voie hybride

mercredi, 06.12.2017

Gestion privée. Le CEO du robo-advisor zougois Adriano B. Lucatelli explique le contexte de ce choix.

Piotr Kaczor

La société fintech zougoise Descartes Finance - qui compte en Suisse parmi les rares robo-advisors indépendants - vient de décider d’adopter un modèle hybride. En créant une nouvelle agence à Zurich pour laquelle elle a engagé trois gérants de fortune qui se tiendront à la disposition des clients sur place et par téléphone. Certes toujours sur la base de la plateforme numérique développée par Descartes Finance. Malgré l’intérêt qui ne se dément pas pour l’automatisation y compris dans la gestion de fortune, la touche humaine resurgit lorsque l’automatisation ne peut plus opérer et qu’elle dépasse son cadre de compétences. 

La pression sur les coûts dans la gestion privée continue pourtant de favoriser le développement des fonctions automatisées dans ce métier également. Les solutions proposées par les robots conseillers suscitent à la fois la convoitise et des craintes auprès des banques établies. Une évolution comparable à l’avènement des brokers en ligne il y a une vingtaine d’années. Ces derniers se retrouvent d’ailleurs aujourd’hui à la fois du côté des acteurs établis et des fers de lance de l’innovation, du moins sur le plan technologique. 

Ainsi que le souligne son CEO Adriano B. Lucatelli dans un entretien, l’originalité de Descartes Finance réside dans sa plateforme, autrement dit dans l’automatisation de stratégies tierces, du moins de celles qui se prêtent à ce processus.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-12-06_mer_01



...