La transition numérique des PME est de notre responsabilité collective

lundi, 04.12.2017

Didier Rey*

Didier Rey*

En janvier de cette année, la Chambre vaudoise de commerce et d’industrie (CVCI) a publié une étude intitulée «Les entreprises vaudoises et la transition numérique». Les réponses reçues proviennent essentiellement des PME, qui constituent la base de notre tissu économique.

Près de 40% des entreprises qui ont répondu se considèrent comme «pas concernées» par la digitalisation de l’économie; par ailleurs, les trois quarts des entreprises n’ont pas encore entamé leur transition numérique.

L’étude soulève quelques pistes pour expliquer l’indifférence ou la passivité envers le numérique: manque d’information, formation lacunaire, rareté des ressources compétentes, manque de temps ou de moyens financiers.

Cette situation est inquiétante: à titre privé, qui peut aujourd’hui prétendre ne pas être concerné par le numérique? 

Les «digital natives» qui représentent la clientèle de demain ne conçoivent pas le monde sans être connectés; 90% de la population suisse utilise un smartphone et donc des «apps» numériques – la plupart du temps conçues et opérées par des entreprises étrangères. 

Le risque existe donc qu’une grande partie des PME ignorent un changement fondamental dans le fonctionnement de l’économie et se retrouvent menacées dans leur survie.

Nous en appelons à une mobilisation pour que les PME prennent conscience des enjeux et se mettent en mouvement.

L’information est essentielle pour susciter la prise de conscience: comment votre boulanger, votre coiffeur, votre garagiste, votre médecin se projette-t-il dans le numérique? Comment va-t-il répondre à l’«uberisation» des métiers, qui touche aujourd’hui aussi par exemple le secteur des professionnels du ménage? L’information peut passer par des conférences ad hoc; toutefois des discussions individuelles au gré de nos rencontres et de nos échanges peuvent avoir autant sinon plus d’effets visibles et concrets que n’importe quel plan de communication! La prise de conscience doit être suivie par la mise en place d’actions concrètes. Si 90% d’entre nous ont acquis un ou plusieurs smartphones puis se sont graduellement familiarisés avec le fonctionnement de la multitude d’«apps», c’est parce que nous en percevons la valeur ajoutée. C’est aussi un cercle vertueux: plus nous utilisons de tels services, plus nous en sommes demandeurs. 

Les PME devraient entrer dans ce même cercle vertueux: il s’agit de faire le premier pas au plus vite, que ce soit dans du marketing digital, dans l’amélioration de la relation avec les clients, dans la production des biens et services, dans la gestion administrative ou dans l’exploitations des données disponibles. Finalement, la numérisation des PME représente un formidable marché: les milliers de PME pour lesquelles la mise en service de solutions numériques et l’accompagnement au changement sont nécessaires représentent certes un marché très fragmenté et qui requiert des compétences spécifiques, mais le potentiel est certain et l’urgence pressante. A titre individuel, sociétal et économique, nous sommes tous responsables d’aider les PME à réussir leur transition numérique!

*Secrétaire général DIGITALSWITZERLAND SUISSE ROMANDE


 

 
 

 
 
agefi_2017-12-04_lun_02



...