La finance reste un pilier de l’économie suisse

jeudi, 30.11.2017

La crise financière, la chute du secret bancaire et les réglementations n’ont guère amoindri sa part dans la valeur ajoutée.

Christian Affolter

L’année 2016 pourrait marquer un plancher pour l’évolution de la place financière suisse. Après avoir vécu trois périodes difficiles depuis 2001 et trois années négatives consécutives entre 2014 et 2016, l’attitude des banques est devenue plus optimiste cette année. La dernière étude sur l’importance de la finance au sein de l’économie, effectuée par Polynomics, confirme qu’elle a pu maintenir sa part, représentant un dixième de la valeur ajoutée totale (9,4%). Cette année, la finance va probablement croître à un rythme supérieur à celui du reste de l’économie.

Les établissements financiers devront néanmoins suivre très attentivement l’évolution du côté des fintech. Certes, l’opinion prévaut que ces jeunes entreprises seront nombreuses à finir par être intégrées ou acquises par des établissements existants. Mais la numérisation engendre tout de même de nombreux changements fondamentaux, notamment au niveau de la relation entre la banque/l’assurance et ses clients. Ce qui ne signifie pas que celle-ci ne sera plus que virtuelle. Les clients aiment bien s’informer en ligne sur les produits et services à disposition, mais finaliser les opérations face à un conseiller en chair et en os.


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-11-30_jeu_01



...