Les premiers diamants négociables en Bourse

mardi, 10.10.2017

SDIX et SDM, basés à Singapour, innovent avec le Diamond Bullion, dont la Suisse pourrait être un allié stratégique.

Levi-Sergio Mutemba

Les diamants sont classés investment-grade, correspondant au plus haut niveau de qualité de polissage. Pas la moindre fluorescence.

Une page de l’histoire des matières premières est peut-être en train de se tourner. Celle-ci s’écrit en Asie, avec le lancement du premier lingot de diamant négociable en bourse, le Diamond Bullion. Les investisseurs professionnels y auront accès via la bourse électronique du Singapore Diamond Investment Exchange (SDIX), première plateforme d’échanges exclusivement dédiée au diamant.

Chaque lingot, pas plus grand qu’une carte de crédit, protégé contre la fraude et le sabotage grâce à une technologie propriétaire, est fabriqué et émis par la société Singapore Diamond Mint (SDM). Les diamants sont classés investment-grade, correspondant au plus haut niveau de qualité de polissage, selon les critères de la prestigieuse institution de grading, le Gemological Institute of America. Pas la moindre fluorescence.

En apportant la technologie de trading des matières premières au diamant, SDIX et SDM éliminent pratiquement tous les obstacles empêchant un mécanisme transparent de découverte des prix. Ceux-ci entrevoient la possibilité pour les banques suisses de figurer parmi les principaux distributeurs du Diamond Bullion dans le monde, ce compte tenu de leur rôle historique dans le développement du Gold Bullion. page 11   


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-10-10_mar_01


...