J. Safra Sarasin étoffe sa clientèle israélienne

mercredi, 04.10.2017

Gestion privée. En reprenant de 5 à 7 milliards d’encours gérés au groupe Hapoalim en Suisse et au Luxembourg.

Piotr kaczor

La banque J. Safra Sarasin franchit un pas de plus dans la consolidation du secteur de la gestion privée. En annonçant hier un accord pour la reprise d’actifs (asset deal) des activités de private banking de Bank Hapoalim, le premier groupe bancaire israélien. Soit des activités basées au Luxembourg et à Zurich recouvrant des actifs sous gestion compris entre 5 et 7 milliards de francs, portant sur deux segments: une clientèle d’entrepreneurs israéliens et des clients européens, ainsi que le précise Ilan Hayim, le président de J. Safra Sarasin, qui ne précise pas le prix de la transaction.

L’opération doit être finalisée au premier semestre 2018 et intervient après trois acquisitions l’an dernier: la banque Leumi au Luxembourg, également un asset deal, et des activités de gestion privée à Gibraltar et à Monaco, reprises à Credit Suisse Group. Précédées par l’acquisition du private banking de Morgan Stanley. Avant l’opération annoncée hier, J. Safra Sarasin a dépassé le seuil des 160 milliards de francs sous gestion. Et le président table d’ores et déjà sur une année 2017 record. Car, ainsi que le précise Ilan Hayim dans un entretien avec «L’Agefi», «la croissance externe n’est vouée au succès qu’à la condition qu’elle s’accompagne d’une croissance organique».

Or J. Safra Sarasin engage entre 50 et 100 nouveaux gestionnaires par an, partout dans le monde, y compris en Suisse. page 7


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-10-04_mer_01


...