Monnaie pleine: aucun soutien au Conseil des Etats

mardi, 03.10.2017

L’initiative propose une expérimentation hautement risquée qu’aucun pays n’a tentée jusqu’à présent.

L’initiative Monnaie pleine n’a pas reçu le moindre soutien au Conseil des États, ce dont economiesuisse se réjouit. 

Cette expérimentation hautement risquée et mettant la politique monétaire sens dessus dessous sera soumise au peuple en 2018.

Rares sont les projets politiques dont les conséquences sur la Suisse sont aussi difficiles à évaluer que celles de l’initiative Monnaie pleine. Celle-ci propose une expérimentation hautement risquée qu’aucun pays n’a tentée jusqu’à présent. 

En cas d’acceptation, l’émission monétaire serait totalement centralisée auprès de la Banque nationale suisse (BNS). Quant aux banques commerciales, elles devraient comptabiliser tous les comptes de paiement hors bilan et ne pourraient plus utiliser les avoirs épargnés pour des investissements ou crédits. La BNS serait également obligée de distribuer des milliards année après année, en faisant de l’hélicoptère monétaire, sans recevoir de garanties en contrepartie.

Le ratio de fonds propres 

Le Conseil des États n’a rien voulu savoir. À juste titre. Lors du débat, personne n’a proposé d’accepter l’initiative, raison pour laquelle la Chambre n’a pas dû voter. L’idée du PS de relever fortement le ratio de fonds propres pour les banques d’importance systémique a été balayée, à raison. Comme l’a souligné Ueli Maurer, ministre des Finances, le ratio de fonds propres n’est pas un instrument qui peut être modifié dans un sens ou dans l’autre sans coordination avec d’autres réglementations des marchés financiers. Les mesures prises ces dernières années ont permis d’améliorer sensiblement la stabilité de la place financière suisse.

C’est au tour de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) de se pencher sur cet objet. Il faut espérer que le Conseil national traitera, lui aussi, rapidement cette initiative populaire et que celle-ci pourra être soumise au peuple en 2018. Comme les milieux économiques, le Conseil fédéral, le Conseil des États et la Banque nationale l’ont d’ores et déjà rejetée en bloc. – (economiesuisse)


 

 
 

 
 
agefi_2017-10-03_mar_02


...