Le venture capital aide les caisses de pension

vendredi, 29.09.2017

L’innovation est au top en Suisse mais cette capacité demeure sous-financée. Le potentiel est élevé.

Philippe rey

Cédric Köhler. Le venture capital procure

La rupture causée par les progrès technologiques crée des conditions idéales pour le capital-risque. La Suisse figure au top du classement sur le plan de l’innovation devant les Etats-Unis  mais cette capacité demeure sous-financée, à l’instar d’autres pays européens. Le capital-risque par tête d’habitant s’avère nettement plus faible en Europe qu’en Israël et aux Etats-Unis.

Une opportunité unique existe ainsi pour les investisseurs de se concentrer sur l’Europe et la Suisse en matière de venture capital. Les caisses de pension ont un grand rôle à jouer, car une large majorité d’entre elles n’investissent pas dans le private equity. Le venture capital est devenu plus efficient, on peut de nouveau y gagner de l’argent mais le souvenir de la nouvelle économie (fin des années 90-début 2000) est encore amer pour bon nombre d’investisseurs institutionnels.

Les jeunes entreprises peuvent créer énormément de valeur dans un temps très court, principaleent avec le private equity et le capital-risque. Menés initialement  comme un art, les investissements dans le venture capital sont aujourd’hui guidés par des données, de manière professionnelle et structurée, notamment en ce qui concerne la sélection, le développement du capital propre et la stratégie de sortie. Il existe une gestion professionnelle des fonds d’investissement qui forment des outils appropriés. page 7


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-09-29_ven_01


...