La régulation a du bon pour Romande Energie

mercredi, 13.09.2017

électricité. Une part substantielle du résultat net a été générée par les réseaux et le commerce d’électricité.

Christian Affolter

Les conditions particulièrement difficiles du côté de la production et le nouveau déficit d’Alpiq ont grevé le premier semestre de Romande Energie. Dans des situations de ce type, les marchés régulés prennent une importance disproportionnée par rapport à la moyenne, tout comme comparée à la visée stratégique du groupe. Malgré une diminution du chiffre d’affaires largement imposée par les Autorités fédérales, l’unité d’affaires Réseaux a ainsi contribué à hauteur de plus de deux tiers au bénéfice du groupe. Ce dernier a diminué de 21 millions de francs pour atteindre 34 millions. La Commercialisation, l’autre entité où les clients du marché régulé jouent un rôle prédominant, a généré elle aussi une part importante. Le groupe continue pourtant d’afficher sa détermination pour se renforcer dans les services énergétiques, au point de compter à terme parmi les trois acteurs les plus importants en Suisse romande. Que l’entité soit toujours déficitaire n’est pas forcément mauvais signe. Ce résultat est au contraire révélateur d’une démarche toujours fortement orientée vers l’investissement. Après l’acquisition de Neuhaus Energie au début de cette année, d’autres cibles sont actuellement à l’étude. Le groupe reste tout aussi actif du côté des nouvelles énergies renouvelables, à savoir les éoliennes et les petites centrales hydrauliques, avec une acquisition intervenue en juillet. page 6


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-09-13_mer_01


...