L’imprimeur pour qui la crise n’est pas une fatalité

mardi, 12.09.2017

Stéphane Gachet

Le secteur des arts graphiques, imprimeries en tête, est empêtré dans une crise structurelle que rien ne semble pouvoir enrayer. Les chiffres publiés régulièrement par l’organe faîtier Viscom laissent peu de doute sur la difficultés chronique de la branche, qui a perdu en dix ans près de la moitié de ses postes de travail et près d’un tiers de ses entreprises, sous la pression conjuguée du web first et du franc fort.

Mais il y a des exceptions, comme Juillerat Chervet, à Saint-Imier. Comme le démontre Anthony Picard, actionnaire majoritaire et président du conseil d’administration, il n’est malgré tout pas impossible de protéger ses marges et même de trouver de la croissance. page 5


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-09-12_mar_01



...