Le retour en force des relocalisations

mercredi, 02.08.2017

Production. Un rapatriement de la fabrication en Suisse s’impose grâce à la numérisation et la robotisation.

Philippe rey

Le nouveau site de production d'Ovomaltine satisfait Arnold Furtwaengler, CEO de Wander et René Wanner, maire de Neunegg.

La trop forte appréciation du franc, en particulier le choc de l’abandon du cours plancher euro franc en janvier 2015, a mis alors sur toutes les lèvres le mot de délocalisation. En invoquant souvent unilatéralement les coûts salariaux. Aujourd’hui, l’état d’esprit change grâce à la transformation numérique sans précédent de l’industrie manufacturière traditionnelle.

La numérisation et la robotisation permettent en effet le fonctionnement d’usines entièrement automatisées et pouvant fonctionner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. C’est pourquoi de plus en plus d’entreprises envisagent le rapatriement de leurs productions en Suisse ou ont déjà franchi le Rubicon, telles par exemple Wander avec l’expansion de sa production d’Ovomaltine dans son fief de Neuenwegg dans la région de Berne, ou la PME vaudoise AgoraBee à Renens. D’autres n’ont jamais quitté la Suisse tels Swatch Group ou la PME Wild & Küpfer. Les grands avantages de la délocalisation sont en train de disparaître, selon Stéphane Garelli, professeur à l’IMD. Encore faut-il se montrer très innovant avec des produits et solutions à forte valeur ajoutée. Ce qui constitue la force de maintes entreprises en Suisse. page 3


 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-08-02_mer_01
 


...