La génération aux tempes d’argent sur le marché

mercredi, 26.07.2017

Travail. L’évolution démographique devrait entraîner une hausse des opportunités d’emploi des seniors.

Veronica Weisser*

Les médias évoquent régulièrement la situation difficile des seniors sur le marché du travail, car les chômeurs les plus âgés ont souvent du mal à retrouver un emploi. Même si la situation est actuellement problématique pour beaucoup de personnes concernées, les perspectives d’avenir montrent que l’évolution démographique devrait entraîner une amélioration des opportunités d’emploi des seniors. 

Dans quelques années, les salariés qui aspirent à un allongement de leur vie active - seul à même de répondre à l’accroissement des dépenses sociales et à la pénurie de main-d’œuvre liée à la démographie - répondront à un véritable besoin. Pour cela, il faut cependant améliorer la réintégration des actifs les plus âgés et rendre l’exercice d’une activité lucrative au-delà de l’âge de la retraite plus attrayant. Il est nécessaire de trouver de nouvelles solutions innovantes qui rendent le marché du travail plus souple et plus adapté aux besoins des actifs âgés.

Au cours des dix prochaines années en Suisse, près d’1,1 million de personnes atteindront l’âge de 65 ans: ce sont près de 690.000 actifs qui quitteront ainsi le marché du travail. 

Sans l’immigration, ils ne seront remplacés que par 480.000 actifs environ. Selon les calculs de la Recherche d’UBS, si le taux d’activité continue d’augmenter comme aujourd’hui, il manquera à la Suisse, sur les dix prochaines années, 480.000 travailleurs à plein temps. Pour faire face à la demande accrue de main-d’œuvre, c’est donc le double de personnes issues de notre pays qui devraient entrer dans la vie active.

Une pénurie de main-d’œuvre spécialisée semble donc inéluctable pour des raisons démographiques. L’allongement de la vie active pourrait être une réponse à cette pénurie de main-d’œuvre spécialisée et aux dépenses croissantes des assurances sociales. Cependant, le fait est qu’aujourd’hui, la situation en matière d’emploi des travailleurs plus âgés apparaît problématique.

Même si le taux d’activité de cette catégorie d’âge a augmenté depuis les années 1990, la génération des baby-boomers est particulièrement nombreuse, ce qui explique que de plus en plus de personnes de plus de 50 ans sont touchées par le chômage et peinent à réintégrer le marché du travail. 

Au vu de la pénurie de main-d’œuvre spécialisée qui se profile du fait de l’évolution démographique actuelle, les entreprises devraient, dans les prochaines années, être davantage tributaires des collaborateurs plus âgés, voire de ceux ayant atteint l’âge de la retraite. 

Les entreprises peuvent profiter d’un avantage concurrentiel sur le marché de l’emploi lorsqu’elles répondent à la demande des travailleurs âgés souhaitant réduire progressivement leur charge de travail. Pour une transition fluide et un transfert progressif des connaissances entre générations, rien ne vaut le «job-sharing», entre un travailleur âgé et un jeune à temps partiel (ou une personne revenant sur le marché du travail), qui souhaite adapter son temps de travail à sa vie familiale.

Des contrats de travail plus souples permettraient en outre aux entreprises de répondre aux besoins des collaborateurs âgés. Une des possibilités consiste à rallonger le délai de préavis en faveur du salarié, tout en prolongeant la vie active au-delà de 65 ans, ou à envisager une sortie progressive de la vie active. Pour l’entreprise, cela augmente la sécurité de planification. 

Une autre possibilité consiste à intégrer la formation (ou le perfectionnement professionnel) dans le système de rémunération, en remplacement notamment des congés supplémentaires, des augmentations de salaire ou des bonus. Une troisième option est d’établir un accord contractuel portant sur le salaire brut plutôt que sur le salaire net, afin que l’attractivité du salarié pour l’entreprise reste identique même lorsque les charges salariales annexes augmentent.

*Economiste et spécialiste en prévoyance, UBS 


 

 
 

agefi_2017-07-26_mer_02
 


...