Chine: la prudence est de mise

vendredi, 21.07.2017

L’économie tourne de nouveau à plein régime.

Matthias Jenzer*

Les perspectives pour le deuxième semestre sont positives, du moins si l’on en croit les spécialistes de la finance. Mais, attention: les indicateurs avancés disent tout autre chose et il fallait bien faire attention aux investissements en Chine et aux Marchés Emergents.

De nombreux investisseurs en actions ne se souviennent qu’à contrecœur du début d’année 2016. Les marchés internationaux des actions étaient alors en train de dévisser suite aux «craintes suscitées par la Chine». Et ces craintes incitèrent bon nombre d’investisseurs à opérer des ventes a posteriori très douloureuses sous le coup de la panique. Or ceux qui gardaient un œil sur les indicateurs avancés chinois savaient déjà que cette panique était totalement déplacée et pouvaient attendre sereinement les réactions du marché. Parfois, une vue sur le long terme sera bien plus favorable aux portefeuille et pourra éviter des pertes douloureuses.

La presse financière redouble actuellement de commentaires positifs sur l’évolution économique actuelle de la Chine (l’économie chinoise a en effet progressé de pas moins de 6,9% au deuxième trimestre). Tous les feux sont au vert jusqu’à la fin de l’année. Mais ce n’est pas ce que disent les indicateurs avancés. L’«indice Li Keqiang» qui représente les tendances dans l’«ancienne» économie chinoise envoie de premiers signaux de ralentissement. Tous les «indicateurs d’impulsion de crédit» qui mesurent l’appui qu’apporte le secteur du crédit à l’économie chinoise prévoient également une phase de fléchissement significative pour les prochains trimestres. Le marché immobilier chinois présente également des signes de fatigue. Autrement dit, la dynamique économique chinoise peut connaître un ralentissement significatif d’ici la fin de l’année.

Le problème est que de nombreux investisseurs n’ont pas encore capté les signaux. Les indicateurs avancés continuent d’être négligés, ce qui pourrait avoir des conséquences douloureuses.

Cette année encore, les investisseurs internationaux pourraient une nouvelle fois céder à la «panique chinoise», dès que les données concrètes commenceront à témoigner d’un ralentissement économique significatif, «surprenant» à leurs yeux. Une «panique concernant les marchés émergents» se manifestera alors vraisemblablement aussi, comme ce fut souvent le cas par le passé.

Au cas où l’on vous conseillerait actuellement ou dans un proche avenir de renforcer les positions sur les marchés émergents, vous devriez réfléchir sérieusement à l’opportunité de suivre ce conseil, ou encore mieux: ne pas suivre ce conseil et attendre à ce que votre conseiller propose autre chose. 

* CIO, Quilvest (Switzerland) Ltd


 

 
 

agefi_2017-07-21_ven_02
 


...