La révolution des objets: la Smart Cities est déjà possible

mercredi, 19.07.2017

L’entrepreneur Hugo van Buel nous montre qu’aujourd’hui déjà tout est possible. Voici sa feuille de route.

Xavier Comtesse*

Les cités de demain seront dotées de milliers d’objets connectés pour rendre la vie de leurs citoyens meilleur et surtout moins cher! Comment un tel tour de force est-il possible?

Une discussion rapide avec l’entrepreneur disruptif Hugo van Buel nous montre qu’aujourd’hui déjà tout est possible, seul manque la réelle volonté politique! Ainsi ce n’est pas le fond AVS qui doit être sollicité pour soutenir des start-ups à la créativité hypothétique mais bien la mise en œuvre rapide par des PME professionnellement aguerries à l’innovation. 

Voici sa feuille de route pour les pouvoirs publics:

1. D’abord l’eau. Aujourd’hui une ville perd en moyenne 30% de ses ressources en eau dans les systèmes de canalisation des eaux potables. Une gestion au moyen de vannes intelligentes, comme le propose la société Cla-Val (Vaud), permettrait d’optimiser la pression de l’eau de telle sorte que l’on aurait moins de perte et surtout moins de ruptures des canalisations. Une économie importante. De plus, avec des capteurs intelligents la qualité de celle-ci pourrait être mesurée en temps réel. Cela veut dire moins de chlore. Un gain écologique notoire.

2. Ensuite l’électricité est aujourd’hui un problème central car sa gestion n’est pas assez fine. Dans un appartement, les appareils ménagers ont tendance à tirer de l’électricité tous en même temps à l’heure du repas. Un système intelligent de répartition de charge pourrait assurer des économies importantes par exemple si simplement tous les frigos d’une ville évitaient les pics d’électricité.

3. L’éclairage intelligent qui s’allume au passage des gens ou des voitures permettrait de grosses économies la nuit particulièrement aux heures creuses.

4. Le chauffage pourrait être largement mieux adapté aux besoins réels dépendant lourdement de la température extérieure qui aujourd’hui n’est pas mesurée. Des capteurs feraient ici aussi l’affaire pour des économies très substantielles et un air plus pur.

5. La gestion intelligente des déchets. Pourquoi ne pas rendre celle-ci dépendant plutôt des poubelles pleines que de la programmation quotidienne ou hebdomadaire fixée en avance sans véritable souplesse.

6. La circulation pourrait être beaucoup plus fluide notamment si l’information non pas de l’état des bouchons (Waze ou TomTom) mais des trajets idéaux de type multimodal (c’est-à-dire voiture individuelle versus transport en commun) était connue à tout moment pour des arbitrages intelligents. Belle économie en vue.

7. Le parking intelligent avec des capteurs bien disposés permettrait d’avertir l’automobiliste en temps réel des disponibilités partout dans la ville. Cela diminuerait, selon les experts, de 10% le trafic. Grosse économie de temps et d’argent en perspective.

8. Le bruit, une nuisance sonore souvent mal comprise que des capteurs IoT (Internet of Things) pourraient mesurer, analyser et montrer à la population pour se prévenir à l’avenir des risques d’une surexposition.

9. La pollution et les particules fines pourraient être cartographiées en temps réel par un projet IoT et restituées sous forme de plateforme de prévention pour améliorer la qualité de vie des habitants.

10. Enfin, le téléphone gratuit pour tous via la Wifi au coin de la rue. Une économie immense pour tous sauf pour Swisscom, Sunrise ou les autres fournisseurs évidemment. Car ne l’oublions pas le smartphone est le premier des «Objets Connectés» avec plus de 7 milliards produits dans le monde.

Et voilà 10 «bonnes» idées pour débuter tout bon projet de smart city. N’est-ce pas Messieurs les Genevois, actuellement en quête d’idées à la demande de Pierre Maudet?

*Mathématicien


 

 
 

agefi_2017-07-19_mer_02
 


...