Prévoyance 2020: bonjour la guerre des chiffres

mercredi, 19.07.2017

Le déficit du fonds sera abyssal si on ne fait rien. PV 2020 est une étape essentielle.

Véronique Kämpfen*

Dans toute campagne politique, il arrive un moment où on commence à parler d’argent. C’est souvent à ce moment-là qu’émergent des vérités plus ou moins mensongères. Partisans et opposants s’arrangent avec leur conscience et mentent par omission ou carrément sciemment pour faire pencher la balance de leur côté. L’argent fait courir les foules, et parler aux votants de l’impact de telle ou telle réforme sur leur porte-monnaie fait généralement mouche. Dans le cadre de la campagne autour du projet Prévoyance 2020 (PV 2020), les opposants ont ouvert les feux en mettant en ligne un calculateur des coûts de la réforme PV 2020. C’est tout simple: vous entrez dans le système votre salaire annuel et votre âge, et vous constatez que PV 2020 grèvera votre budget. 

Comme l’a analysé la Tribune de Genève le week-end passé, les mensonges par omission sont légion dans ce calculateur, tout comme les petits arrangements avec la vérité. Ainsi, le calculateur prend en compte une augmentation de la TVA de 0,6%, alors que nous payons déjà la moitié de ce taux pour l’assainissement de l’assurance invalidité, soit 0,3%. Ce pourcentage devrait être maintenu dans le cadre de PV 2020. Résultat: la TVA, de 8%, passera progressivement à 8,3%, mais pas à 8,6%. Au-delà de ces considérations, on peut douter du bien-fondé d’inclure une augmentation de TVA dans un calculateur de charges sociales, cette taxe étant liée à la consommation de chacun et ne dépendant pas du revenu. Autre pierre d’achoppement, le calculateur ne prend pas en compte la partie surobligatoire du 2e pilier. Enfin, il ne met en lumière que les cotisations et pas les prestations. 

Or, c’est bien des prestations de retraite qu’il s’agit dans cette réforme, dont les but sont de maintenir le niveau des rentes, de garantir un financement suffisant des prestations, d’adapter la prévoyance vieillesse à l’évolution des besoins de la société et de combler les lacunes de prévoyance. Comment le projet entend-il les atteindre? En harmonisant l’âge de départ à la retraite des hommes et des femmes à 65 ans, en augmentant la TVA de 0,3% par rapport au taux actuel, en abaissant le taux de conversion minimal LPP de 6,8% à 6% et en augmentant les cotisations salariales de 0,3% (0,15% à charge des employeurs et 0,15% à charge des employés). 

Le projet offre des avantages à de nombreuses personnes, notamment à celles à temps partiel ou avec des revenus bas en abaissant le seuil de la déduction de coordination et en octroyant 70 francs de plus par mois aux nouveaux retraités. Parmi ses autres bons côtés, le relèvement du plafond des rentes AVS pour les couples de 150% à 155% de la rente maximale, la flexibilisation de l’âge de départ à la retraite (entre 62 et 70 ans) et de nombreuses mesures pour la génération transitoire. 

Déficit abyssal

Si la réforme n’est pas acceptée en votation le 24 septembre, les conséquences sont connues: en 2020, l’état du fonds AVS sera de 43 milliards de francs. En 2030, il ne sera plus que de 7 milliards de francs pour passer à -43 milliards en 2035. Avec PV 2020, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier 2018, l’état du fonds en 2020 sera de 49 milliards de francs, pour atteindre 59 milliards en 2030 et redescendre à 35 milliards de francs en 2035. De ces chiffres découlent deux évidences: le déficit du fonds sera abyssal si on ne fait rien et PV 2020 est une étape essentielle pour consolider notre système de retraites, qui sera encore amené à évoluer. 

Alors oui, maintenir le niveau de rentes actuelles, alors que nous vivons de plus en plus âgé et faisons de moins en moins d’enfants, diminuant ainsi le nombre d’actifs par retraité, a un coût. Mais pas pour toutes les générations! On ne répétera jamais assez que le projet n’aura pas d’incidence sur la retraite des personnes nées avant 1974. Pour les plus jeunes, il garantira durablement le versement de rentes décentes.

*FER Genève


 

 
 

agefi_2017-07-19_mer_02
 


...