Le momentum luxe de l’equity romand

lundi, 10.07.2017

Fonds. Après Mirabaud, un nouveau fonds spécialisé est en cours de lancement. Avec effets sur l’économie locale.

Stéphane Gachet

Que se passe-t-il en terres romandes? Après l’annonce, en début de mois de l’ouverture d’un fonds luxe de 150 millions de francs par Banque Mirabaud, en partenariat avec Renaud Dutreil,  ancien ministre français des PME et ancien responsable de LVMH aux Etats-Unis (Le Temps du 4 avril), un autre fonds est en cours de lancement entre Genève et Neuchâtel. Il s’agit dans les deux cas de private equity et dans les deux cas, les investissements concernent les entreprises locales. Surtout les deux fonds prennent pour thème le luxe, ce qui laisse présager d’un vrai retour de l’appétit des investisseurs pour les positionnements haut de gamme et l’exclusivité. Pas si évident vu de Suisse, où le luxe est forcément associé à l’horlogerie et l’horlogerie en ce moment est forcément associé à une industrie en crise. En réalité, le momentum existe bel et bien. Le brokerage le répète depuis des mois à propos des grandes cotations du secteur. Et l’on perçoit aussi le retour des investisseurs dans le private equity. A preuve, les récentes reprises de deux marques de montres par des véhicules luxembourgeois, Breitling et Vulcain.

Selon Vincent Perriard, l’un des initiateurs du fonds en cours d’établissement et expert de l’horlogerie, il y a des pépites à saisir, mais il ne faut pas avoir peur de leur imposer des repositionnements radicaux et «des remèdes de cheval» pour parvenir à une relance convaincante.


 

 
 



Agrandir page UNE

agefi_2017-07-10_lun_01
 


...