L’importance de garder les cerveaux en Suisse

vendredi, 16.06.2017

Fiscalité des start-up. Plusieurs entrepreneurs donnent leur point de vue à la suite du vote au Conseil national.

Johan Friedli

Le monde des start-up suisses rappelle que sa situation n’est pas comparable aux autres entreprises. Avec la crainte de se voir imposer sur une valorisation fictive. Les levées de fonds et la valeur de ces entreprises sont avant tout un pari sur le futur. Les importants investissements dans leur développement limitent leurs moyens. Au point de ne pas pouvoir payer une taxe si elle était fixée en fonction de leur valeur vénale.

La Suisse est remplie de talents mais ils sont nombreux à partir à l’étranger pour valoriser leurs idées. Le cadre légal et fiscal est notamment donné comme explication. Mais pour d’autres, le manque de capital-risque et le tabou autour de l’échec en sont avant tout les raisons. page 8


 

 
 

 
 

Agrandir page UNE

agefi_2017-06-16_ven_01


...